Vers un niqab public
Écrit par Stéphanie   
Dimanche, 13 Octobre 2013 13:30

On commémore encore cette année, pour la troisième fois, le triste anniversaire de la loi anti-voile intégral que les caciques sectaires du régime français ont mitonnée en 2010 pour interdire, sous des prétextes sécuritaires, la dissimulation du visage dans l’espace public. Malgré tout, chez les Musulmans engagés dans la défense de leur foi, l’heure est à l’optimisme quant à une probable prochaine « révision » de cette législation sournoise. En effet, le 23 octobre prochain, en vertu de son article 9 relatif à la liberté de conscience,  la Grande Chambre de la Cour Européenne des Droits de l’Homme devrait prononcer la non conformité de la dite loi par rapport à la Réglementation Européenne. Du même coup, la France sera condamnée pour intolérance, par excès de laïcisme, envers des prescriptions religieuses légitimes et pour discrimination aggravée envers les Musulmanes.

C’est trop facile pour les nantis qui ont copieusement exploité les pays en voie de développement de mépriser les préceptes qui les régissent désormais. Les prétendus territoires des droits de l’homme et de la liberté d’expression ne doivent pas se contenter d’énoncer des grands principes et de les jeter à la face du monde. En plus de montrer le « bon exemple », il serait temps pour tous ces donneurs de leçons de simplement le mettre en application afin que la raison et la tolérance l’emportent dorénavant sur la démagogie et l’arbitraire.

S’il était prévisible qu’un afflux de lois stigmatisant et réprimant le port de tenues islamiques allait libérer les bas instincts des simples citoyens, personne n’avait imaginé qu’elles en viendraient jusqu’à désinhiber ceux qui sont censés les faire respecter. Concrètement, alors que les dispositions légales ne font état que d’identifications et de verbalisations, elles servent désormais d’exutoire à une flicaille couarde et frustrée face à la délinquance organisée ; fortes de leur immunité professionnelle et de soutiens hiérarchiques excessifs, les « forces de l’ordre » ont beau jeu de s’adonner aux humiliations et aux interpellations musclées sur des contrevenantes inoffensives et vulnérables.

Bien que tardivement, après deux années d’application de cette loi injuste qui voit désormais régulièrement les porteuses de niqab (et de jilbab par analogie vestimentaire) se faire agresser sur la voie publique, de nombreux Musulmans - engagés et même réputés modérés – leur manifestent enfin au grand jour une solidarité qui leur a fait cruellement défaut jusque là. Ainsi, les témoignages à charge contre des islamophobes assumés se font de plus en plus nombreux, à visage découvert. Et les procédures juridiques viennent compléter les plaintes des courageuses victimes qui, en déposant dans les commissariats de leurs quartiers, savent pourtant qu’elles s’exposent de surcroît à de probables (ré)pressions de la part des sympathisants voire des complices de leurs agresseurs. Il faut aussi malheureusement déplorer les appréhensions, les découragements et les comportements suicidaires…

Quand les injustices se multiplient et deviennent insupportables, ceux qui les subissent finissent par se révolter contre ceux qui leur causent du tort, quels qu’ils soient et quoi qu’il leur en coûte. Quand on constate que même les plus faibles trouvent maintenant la force et les moyens de résister à ceux qui leur font du mal, le pire est à craindre. Pour éviter que certains incompris ne cherchent désespérément à se faire justice de manière irréfléchie voire expéditive, en entraînant dans leur sillage les laissés pour compte des quartiers sensibles, il apparaît indispensable de les écouter et de les assister de sorte à les calmer et à les aider à obtenir réparation. Et quant à ceux qui désavouent les initiatives locales ou nationales destinées à calmer les esprits et à faire respecter le droit, en les taxant de manipulations islamistes, ils devraient faire un petit effort d’imagination en envisageant d’autres scénarii, catastrophes ceux-là, auxquels ils n’échappent que grâce à ces bonnes volontés qu’ils fustigent.

On commémore cette année les cinquante ans du fameux discours « I have a dream » (j’ai un rêve) de Martin Luther King lequel s’insurgeait alors contre les discriminations raciales. Tout le monde cherche maintenant hypocritement à récupérer le concept en s’imaginant être sinon de la bonne couleur du moins du bon côté de la route (the right side of the road). Alors, s’ils veulent abuser un tant soit peu l’opinion, les intolérants culturels vont avoir fort à faire pour camoufler leurs propres comportements discriminatoires envers les pratiques musulmanes et surtout la pratique du voile par les Musulmanes. L’apartheid n’aura vraiment pris fin que quand le port du niqab redeviendra enfin libre et public…

Daniel-Youssof Leclercq

1. Article 9/1. Toute personne a droit à la liberté de pensée, de conscience et de religion; ce droit implique la liberté de changer de religion ou de conviction, ainsi que la liberté de manifester sa religion ou sa conviction individuellement ou collectivement, en public ou en privé, par le culte, l'enseignement, les pratiques et l'accomplissement des rites. Article 9/2. La liberté de manifester sa religion ou ses convictions ne peut faire l'objet d'autres restrictions que celles qui, prévues par la loi, constituent des mesures nécessaires, dans une société démocratique, à la sécurité publique, à la protection de l'ordre, de la santé ou de la morale publiques, ou à la protection des droits et libertés d'autrui.

 

 

Commentaires  

 
+6 #2 Abdelfettah 2013-10-24 00:57 Jazaka llaho bikhayr notre frère Youssof LECLERCQ pour la défence des droits del(homme et de la femme en France. Parmi ces droits, les plus prioritaires : le port du foulard ou niqab par la femme musulmane, c'est son droit minimum dans un pays qui se prétend démocratique. En fait, la réalité est l'inverse : c'est le racisme flagrant découvert devant tout le monde, c'est la réalité du monde occidental laïque anti-lumière de l'Islam propagée par la puissance divine. Citer
 
 
+6 #1 Bakir 2013-10-21 00:37 Bonjour,
Merci beaucoup de cette info. importante qui, si elle se réalise, devrait honorer le France. Reste et Quid, la scandaleuse loi anti foulard à l'école qui a exclue de nombreuses filles musulmanes de l'école injustement! merci
Citer
 

Ajouter un Commentaire


Nous contacter

UAM93 
Union des Associations Musulmanes
de la Seine-Saint-Denis 
Adresse : 23, rue Edgar Degas
93600 Aulnay-sous-Bois 
Tél. : 06 19 89 93 74
Tél. : 06 01 99 34 57
Fax : 09 55 36 29 66
Mail : contact@uam93.com

Article en Rapport


Liens commerciaux

Chroniques