Un Islam sans « cas Mérah »
Écrit par Stéphanie   
Dimanche, 01 Avril 2012 15:28

A la lumière des diverses offensives anti-islamiques orchestrées ces dernières années en France, aussi bien par la majorité que par les oppositions de droite et de gauche (1), il eût été bien étonnant qu’on laissât les Français voter sereinement en 2012. Pendant quelques semaines encore, les « campagnols » vont pouvoir prôner le tout sécuritaire et l’exclusion en agitant vigoureusement l’épouvantail islamiste pour tenter de détourner les électeurs de leurs véritables préoccupations, le pouvoir d’achat, le plein emploi ou la retraite. Il n’est pas bien malin que, uniquement pour se faire élire, certains candidats à la magistrature suprême n’hésitent pas, par leurs sommations et leurs exclusions, à allumer inconsidérément des feux qui attisent les inimitiés intercommunautaires et qu’il leur faudra forcément éteindre demain s’ils ne veulent pas voir le pays se consumer de haine et partir en fumée.

L’irruption inopinée et la neutralisation disproportionnée en pleine campagne pestilentielle d’un grand méchant terroriste caméraman en scooter plus vrai que nature, globe-trotter israélo-afghan, délinquant multirécidiviste mais reconverti présumé à l’islamisme radical tout en n’étant pas pratiquant ( ???), n’en finit pas de susciter nombre d’interrogations quand aux incohérences de casting. Le contrecoup de ce qui ressemble fort à une manipulation (certains la comparent aux attentats du 11 septembre 2001 en évoquant une théorie du complot à la française) est que, pour le président-candidat et son gouvernement en fin de droits, tout est désormais permis et prétexte à museler ceux qui, au sein de la communauté musulmane, seraient un tant soit peu revendicatifs et critiqueraient l’islam à consommer avec modération et ses promoteurs. Il n’a pas tort, le bougre, car personne n’a plus le cran de l’ouvrir ?

Quant à la récente prétendue pêche miraculeuse qui n’a consisté qu’à ramasser au petit matin une quinzaine de cavaliers (2) lourdeaux et ensommeillés qui s’étaient, fièrement mais benoîtement et inconsidérément, jetés à l’eau pour secourir leur belle… religion, elle n’est pas bien glorieuse. Ce « coup de filet » électoraliste, largement médiatisé à quelques semaines du premier tour de scrutin présidentiel, ne restera dans l’histoire ni plus ni moins que le dernier baroud d’honneur et la basse vengeance d’un pouvoir déliquescent, humilié par des petites frappes de banlieue et impuissant à convaincre, par ses mesures et ses lois coercitives, la communauté à laquelle ils appartiennent de son impartialité laïque ou de la véritable utilité de sa force de dissuasion. Les coups de filets et autres rafles ne sont que des méthodes fascistes expéditives dignes d’un autre temps et d’un autre monde mais indignes de cette démocratie et de cette république dont leurs auteurs ont le toupet de se réclamer pour briguer de nouveaux mandats électoraux.

Le tandem Chirac-Pasqua avait opéré de la même manière abjecte il y a une vingtaine d’années, sous la pression de la junte algérienne putschiste, pour neutraliser quatre vingt huit présumés « islamistes » qui manifestaient trop bruyamment dans l’Hexagone leur opposition au coup d’état intervenu en Algérie en 1991 confisquant au Front Islamique du Salut sa victoire aux élections législatives. Après un mois de détention en camp de concentration à Folembray (3), sans qu’aucun chef d’accusation clair ne leur soit signifié (4), les déportés ont été assignés à résidence en France ou exilés au Burkina Faso jusqu’à ce jour pour certains qui n’ont pu retourner dans leur pays d’origine sans risquer leur peau.

L’état d’urgence, les plans « vigie-pirate » multicolores et autres lois martiales répondent rarement à une nécessité impérieuse mais ne sont bien souvent rien d’autre que le fait du prince pour contenir des manifestations populaires ou avoir les mains libres, afin d’opérer comme bon lui semble sans contrepouvoir. Mais le plus grave, c’est de recourir et de légitimer une justice d’exception où des juges libellés antiterroristes décident sans états d’âmes, rapidement, arbitrairement et sans appel, du sort de ceux sur lesquels le Pouvoir a jeté son opprobre, en brisant impitoyablement leur vie. « Ce qui s'est passé ce matin va continuer, il y aura d'autres opérations qui continueront et qui permettront d'expulser du territoire national des gens qui n'ont rien à y faire», a éructé Nicolas Sarkozy sur Europe 1. Islamistes présumés, serrez les fesses…pendant quelques semaines encore !!!

Daniel-Youssof Leclercq

1. Loi anti-voile intégral, décret anti-prières de rue, loi sur l’interdiction des signes religieux dans l’exercice de certaines professions, au sein d’établissements publics d’enseignement voire en Mairie, lois de limitation de production de viandes issues d’abattages religieux.
2. Les Cavaliers de la Fierté = Forsane Alizza, Groupe islamiste inoffensif dissous arbitrairement depuis février dernier.
3. folembray
4. Mosquée de tanger 

 

 

Ajouter un Commentaire


Nous contacter

UAM93 
Union des Associations Musulmanes
de la Seine-Saint-Denis 
Adresse : 23, rue Edgar Degas
93600 Aulnay-sous-Bois 
Tél. : 06 19 89 93 74
Tél. : 06 01 99 34 57
Fax : 09 55 36 29 66
Mail : contact@uam93.com

Article en Rapport


Liens commerciaux

Chroniques