Un conte pour Noël et des boucles rétroactives
Écrit par Stéphanie   
Mercredi, 09 Janvier 2013 02:03

Il est une contrée où se décident les destinées des peuples du monde, c’est un pays puissant qui aime à se donner comme un exemple à imiter par le reste du monde.

Ce pays aime l’ordre.
Il le prise tellement qu’il emprisonne tous ceux qu’il considère comme dérangeants.
Entre 1970 et 2005, sa population carcérale s’est accrue de 700%.
Actuellement, plus de deux millions de personnes derrière les barreaux et cinq millions sont en "liberté surveillée", probatoire ou conditionnelle.
Ce pays est vraiment le champion incontesté dans cette discipline, car pour moins de 5% de la population du globe, il détient plus du quart des prisonniers dans le monde et cela dans des conditions de surpopulation incompatibles avec la dignité humaine.
Une année de prisonnier coûte six fois celle d’un étudiant.
Les ressources allouées pour le système carcéral représentent souvent une part plus importante du budget que celles consacrées à l’enseignement supérieur (1), en Californie 11%  pour les prisons contre 7,5 % accordés à l’éducation.
Cette tendance s’aggrave comme en Arizona où les fonds dédiés aux prisons a augmenté de 75% tandis que ceux versés pour l’éducation ont décliné de 11%.
Cette contrée qui voit le nombre de ses actifs sans emploi grimper depuis 2008 sans discontinuer occupe utilement ses détenus à travailler pour moins d’un dollar (60 cents, oui vous avez bien lu) par jour pour différentes compagnies.  McDonald’s fait ainsi fabriquer ses uniformes et certains ustensiles en plastique, d’autres secteurs d’activité aussi variés que les télécommunications, le textile comme la coupe et la couture des jeans, l’assurance y ont recours.
Le complexe industriel pénitentiaire est assuré de ne pas manquer de bras.
Il est alimenté  par une source inépuisable qui est la prohibition. 50% des occupants des prisons fédérales et 20% des prisons des états provinciaux sont détenus pour commerce illicite de drogue. Ce pourcentage s’élèverait considérablement s’il était tenu compte des crimes et délits accomplis pour obtenir de la drogue.
Deux boucles à rétroaction positive se signalent dans cette production de mise à l’ombre.
Plus l’économie génère de chômeurs, plus de délits se commettent et un nombre grandissant de  prisonniers travaillent quasi-gratuitement, renforçant le nombre d’inoccupés "libres".
Plus la répression de l’usage de la drogue et de son commerce est rigoureuse, plus le prix de celle-ci s’élève et plus les toxicomanes seront induits à commettre des délits pour s’en procurer et se feront incarcérer.

Cette contrée dont les responsables s’imaginent que le reste du monde envie ou hait leur système vient de révéler au monde un autre mécanisme de son fonctionnement.
La banque britannique HSBC (dont l’existence remonte à la période où le soleil ne se couchait pas sur l’Empire Britannique qui possédait des comptoirs à Hong Kong et à Shangaï) a été invitée à payer une amende de 1,9 milliards de dollars au Trésor étasunien. HSBC avait continué ses transactions financières avec l’Iran malgré l’interdiction des US(a) qui ont condamné ce pays à être banni du commerce mondial.
HSBC avait également recyclé de l’argent des narcotrafiquants mexicains pour au moins 7 milliards de dollars.
Aucun dirigeant de cette institution financière ne sera jugé.
La banque ne sera pas frappée d’interdiction d’exercer.
Cette amende est la bienvenue pour renflouer un Trésor qui ne parvient plus à placer ses bons chez les Chinois (3) alors que dans le même temps la dette fédérale atteint les 100% du PIB même si celle-ci n’est pas chère à financer.
L’appareil répressif ne se montre diligent qu’avec les usagers et les petits trafiquants.
Les facilitateurs de l’importation massive sont considérés comme essentiels à l’économie mondiale et ne peuvent donc être punis ni mis dans l’incapacité de poursuivre leur négoce.
Se dessinent les frontières des zones de non droit où ne pénètre ni juge d’instruction, ni meutes de policiers à la gâchette facile avec armes de poing et menottes.
HSBC avait nommé en janvier 2012 Stuart Levey (5), l’architecte des sanctions contre l’Iran, comme responsable de son département juridique. La transnationale avait alors intégré à temps un agent modulateur orientant vers l’atténuation la punition financière qui allait retomber sur elle. Stuart Levey avait servi le Trésor entre 2004 et 2011 comme sous-secrétaire au terrorisme et au renseignement financiers avec le zèle inlassable d’un sioniste. Il fut largement félicité par l’American Jewish Committee en 2009 pour avoir perduré dans sa fonction après l’élection d’Obama. Il a pu avoir accès et consulter sans restriction la base des données de SWIFT système de compensation interbancaire comme l’autorisait à le faire la modification survenue au lendemain du 11 septembre et exercer son rôle de gendarme financier du monde. Les institutions financières ont pourtant horreur de ce type de curiosité.

Voici donc le conte nouveau pour Noël.
Il sera offert dans les étrennes pour les enfants petits et grands qui se rangent le soir venu dans des boîtes empilées faites pour dormir loin des centres urbains, dans des lieux de bannissement. Il les édifiera sur le montant à partir duquel le dealer de cannabis ou de cocaïne ne risque pas de se faire poursuivre ni enfermer.
Un petit voile a été levé sur la responsabilité des services de renseignement étasuniens qui se sont adonnés au trafic de drogue pour déstabiliser tout l’arrière continent à son midi. (4) Il achèvera de déciller la caillera et complètera en appendice l’enseignement qui lui sera délivré par les éducateurs commis dans les ZEP.

L’exemplaire contrée a magnifié sa puissance en fournissant au monde des fictions sur son origine. Chaque enfant a rêvé être un garçon vacher poursuivant à cheval le natif amérindien et l’abattant de son bâton à feu car il ne peut être que le méchant. Le défilement de plusieurs dizaines images à la seconde fascine et suggestionne, véritable narcolepsie.
Quelle légende fondatrice peut-elle être maintenant formulée pour que soit attractive pour un enfant de ZEP la tuerie de cibles lointaines, sans nom et sans visage, par drone interposé ?

 Badia Benjelloun
 15 décembre 2012

 

 

Commentaires  

 
+1 #4 Amin 2013-01-14 22:49 Multi-citer fadelarodriguez :
Multi-citer Amin:
encore une fois en lisant les texte de Badia Benjelloun, je suis plus embrouillé que si je le l'avais pas lu, c'est trop compliqué à comprendre, trop de méandre, trop d'image, ses textes ne sont pas accessibles !
je crois que dès que j'ai voir texte de Badia , et bien je vais passer sur un autre texte
entièrement d'accord avec votre analyse, Amine, on dirait qu'il y en a qui écrivent en ne voulant pas être lus et compris.

lol ah quand même, je ne suis pas le seul lol
Citer
 
 
+2 #3 fadelarodriguez 2013-01-13 19:46 Multi-citer Amin:
encore une fois en lisant les texte de Badia Benjelloun, je suis plus embrouillé que si je le l'avais pas lu, c'est trop compliqué à comprendre, trop de méandre, trop d'image, ses textes ne sont pas accessibles !
je crois que dès que j'ai voir texte de Badia , et bien je vais passer sur un autre texte
entièrement d'accord avec votre analyse, Amine, on dirait qu'il y en a qui écrivent en ne voulant pas être lus et compris.
Citer
 
 
+3 #2 Amin 2013-01-11 21:35 encore une fois en lisant les texte de Badia Benjelloun, je suis plus embrouillé que si je le l'avais pas lu, c'est trop compliqué à comprendre, trop de méandre, trop d'image, ses textes ne sont pas accessibles !
je crois que dès que j'ai voir texte de Badia , et bien je vais passer sur un autre texte
Citer
 
 
0 #1 baraa 2013-01-11 13:22 l'archipel des prisons US confirme les lois du capitalisme finissant : privatisation des bénéfices et socialisation des pertes. La prison coûte au contribuable, au peuple travailleur donc, mais le prisonnier transformé en esclave procure lui des bénéfices pour le capitaliste. Le capitalisme tardif, c'est donc un système qui s'est rétracté vers le mode de production esclavagiste antérieur, tout en tendant la main à l'Etat, comme si c'était déjà le socialisme redistributif. Le capitalisme n'a plus aucun risque comme ce fut le cas sous le libéralisme. Il empoche à tous les coups. Nous sommes donc passés du capitalisme libéral au capitalisme régressif, de fait fasciste. Citer
 

Ajouter un Commentaire


Nous contacter

UAM93 
Union des Associations Musulmanes
de la Seine-Saint-Denis 
Adresse : 23, rue Edgar Degas
93600 Aulnay-sous-Bois 
Tél. : 06 19 89 93 74
Tél. : 06 01 99 34 57
Fax : 09 55 36 29 66
Mail : contact@uam93.com

Article en Rapport


Liens commerciaux

Chroniques