Salle de prières de Nice : réaction de l'opposition
Écrit par Ilyess   
Jeudi, 07 Juillet 2011 21:04

Monsieur Abdelhamid Razzouk, Président de l’association El Baraka
Monsieur Hamid Soussany, vice-Président de l’Association El Baraka 

Nice, le 07 juillet 2011

Vous avez bien voulu interpeller le Parti Socialiste sur la façon dont Christian Estrosi gère actuellement la question du local sis au 12 rue de Suisse, mais c’est en tant que Président du Groupe « Changer d’Ere » représentant l’opposition municipale que je vous réponds car il s’agit avant tout d’une affaire municipale qui illustre la manière dont Monsieur Estrosi gère sa ville.

Dans son bureau, le maire a fixé un tableau de l’artiste Ben où il est écrit : « Je dis ce que je fais, je fais ce que je dis ».

La communauté musulmane apprend aujourd’hui à ses dépends que cette devise n’est qu’une façade.

Rappel des faits :

A l’automne 2007, à la salle de prière de l’Ariane, à l’occasion de la rupture du jeûne pendant le mois de Ramadan, votre association - où vous-mêmes étiez sans doute présents - et l’ensemble des imams de Nice, avaient accueilli les candidats à l’élection municipale. S’’exprimant après moi, celui qui allait devenir Maire, s’était fait acclamer par l’assemblée en promettant une grande mosquée et un lieu de prière par canton !

La réalité :

Trois ans plus tard. Rien n’a avancé. Mon groupe, par l’intermédiaire d’Abderrazak Fetnan, est monté au créneau à plusieurs reprises pour demander au Maire ce qu’il comptait faire pour que ce dossier avance.

Invariablement, même si sa réponse n’est pas une réponse claire de fermeture, le maire justifie son immobilisme en prétextant le fait qu’on ne lui a pas porté de projet et qu’il n’y a pas d’unité dans la communauté musulmane suffisante pour que ce dossier avance.

En fait, la vérité éclate aujourd’hui  et confirme mes craintes : le Maire ne veut pas de lieu de culte en centre ville, à fortiori une mosquée !

La préemption dont vous avez été victime le 9 juin 2011 révèle sa véritable nature et son souci permanent de ne pas rompre avec l’électorat d’extrême droite.

Les mesures « symboles » ne manquent pas (préemption des commerces dits ethniques, fermeture des épiceries de nuit, interdiction du kebab au Festival du Jazz, etc…)

La préemption du local de la rue de Suisse s’inscrit dans cette logique mais elle révèle une autre facette du personnage. Soit on fait allégeance au Maire, soit on disparait. Car il semblerait qu’aucun argument ne justifie cette préemption en dehors de sa volonté de contrôle absolu sur la ville, le PNRQAD (Programme National de Requalification des Quartiers Anciens dégradés) n’étant que la justification juridique.

Le Maire semble d’accord pour laisser un espace aux musulmans mais il veut le maîtriser totalement, d’où l’idée de le transformer en local associatif, culturel ou cultuel (selon les propos de Monsieur Vérola, son adjoint aux cultes). Il s’agirait en fait de contrôler complètement les musulmans qui auront la gestion de cette salle, puisque c’est lui qui choisirait son interlocuteur.

Prenez bien conscience que vous avez en face de vous Jacques Peyrat en pire, parce que le Maire actuel est un habile tacticien politique. Mais le résultat est le même. Peyrat a préempté. Estrosi a préempté.

Le groupe « Changer d’Ere » que je préside est favorable à l’édification d’une mosquée et de salles de prière dans les quartiers. Notre position n’a pas varié. C’est la raison pour laquelle nous sommes solidaires d’un combat qui permettrait aux  nombreux niçois musulmans d’avoir droit à la dignité dans la pratique de leur culte, comme c’est le cas pour les autres religions.

Et c’est en républicain laïc que j’apporterai ce type de soutien.

Car rappelons-le, la laïcité est un des fondements de notre République. C’est elle qui doit nous permettre de nous rassembler tout en permettant à chacun de s’épanouir par sa pratique religieuse dans sa sphère privée. Ce n’est pas au maire d’intervenir sur les questions religieuses dès l’instant où c’est une religion de paix qui est prêchée.

C’est une ingérence inadmissible dans les affaires internes d’une communauté.

Très cordialement.

Patrick Allemand
Président du Groupe « Changer d’Ere »
 

P.S.: Merci de transmettre ce courriel également à Monsieur Razzouk Abdelhamid

 

 

 

Ajouter un Commentaire


Nous contacter

UAM93 
Union des Associations Musulmanes
de la Seine-Saint-Denis 
Adresse : 23, rue Edgar Degas
93600 Aulnay-sous-Bois 
Tél. : 06 19 89 93 74
Tél. : 06 01 99 34 57
Fax : 09 55 36 29 66
Mail : contact@uam93.com

Article en Rapport


Liens commerciaux

Chroniques