Revirement du Qatar sur son fonds banlieue
Écrit par Ilyess   
Mardi, 26 Juin 2012 13:37

Une pétition, destinée à François Hollande, sera lancée mardi pour défendre le projet de fonds d'investissement qatari en banlieue et empêcher son "hold-up" par le gouvernement, a annoncé samedi l'Association nationale des élus locaux de la diversité (Aneld).

Ce fonds de 50 millions d'euros destiné aux entrepreneurs de banlieue, avait été annoncé fin 2011 par l'ambassadeur de l'émirat à Paris, Mohamed Jahan Al-Kuwari.

Mais sa création avait été reportée sine die avant les élections françaises. Selon Le Parisien, ce projet serait désormais complètement abandonné au profit d'un fonds destiné à soutenir les PME.

Si tel devait être le cas, ce serait un "hold-up, un détournement de fonds par le gouvernement", a dit à l'AFP le président de l'Aneld, Kamel Hamza, qui avait été reçu avec d'autres élus de diverses obédiences politiques par l'émir cheikh Hamad ben Khalifa Al Thani.

"On est très surpris, très étonné. Si c'est le cas, le moindre des choses serait que l'ambassade nous tienne informés", a déclaré Kamel Hamza, par ailleurs conseiller municipal UMP de La Courneuve (Seine-Saint-Denis).
Contactée par l'AFP, l'ambassade du Qatar n'avait pas réagi samedi.

Kamel Hamza a par ailleurs indiqué ne plus avoir eu de contact récent avec les autorités émiraties: "On les a vus en décembre, on les a revus en février. Depuis, plus de nouvelles..." "On va lancer une pétition nationale pour demander que ce fonds revienne dans le giron de la banlieue", a poursuivi Kamel Hamza. "Une lettre et cette pétition seront envoyées à Hollande", a poursuivi l'élu.

Durant la campagne présidentielle, François Hollande avait évoqué la création, au sein de la Banque publique d'investissement qu'il a promise, d'"un fonds qui serait dédié à la création d'entreprises dans les ZUS, les quartiers, les cités où il y a le plus de taux de chômage".

Interrogé sur le fait que les Américains et les Qataris s'intéressent depuis des mois aux banlieues françaises, François Hollande avait répondu: "Ce qui me choque, c'est que les Qataris et les Américains aient découvert qu'il y avait des talents considérables dans nos quartiers, et pas nous".

Source : AFP

Pétition : ICI 
 



Le Qatar réoriente son fonds banlieue de 50 millions d'euros vers les PME

L'émirat avait suscité des critiques en voulant financer des entrepreneurs des banlieues. Les fonds seront finalement alloués par le gouvernement.

C'est le premier ajustement dans la relation Paris-Doha depuis l'élection de François Hollande. Le fonds de 50 millions d'euros destiné aux entrepreneurs de banlieue, dont le Qatar avait annoncé la création à la fin de l'année 2011 et qui avait suscité une controverse au sein de la classe politique française, est réorienté pour servir les PME. Plutôt que de choisir par lui-même les bénéficiaires de ses largesses, le minuscule mais richissime émirat piochera dans un éventail de projets sélectionnés par le gouvernement.

" Le fonds est à la disposition des autorités françaises ", résume-t-on dans l'entourage du premier ministre qatari, Hamad Ben Jassem Al-Thani, qui s'est entretenu sur le sujet avec François Hollande, lors de sa venue à l'Elysée, au début du mois. Les ministères directement concernés par cette nouvelle approche sont ceux du redressement industriel et du logement, pilotés respectivement par Arnaud Montebourg et Cécile Duflot. " On veut dissiper les arrière-pensées ", ajoute la source, en référence aux critiques que l'initiative de Doha avait générées.

Les plus outrancières étaient venues de Marine Le Pen, qui avait stigmatisé une démarche visant à développer " le fondamentalisme musulman ". Mais, en coulisses, des élus et des fonctionnaires s'étaient émus de ce qu'ils percevaient comme une forme d'ingérence dans un domaine réservé de l'Etat, à savoir la politique de la ville. Survenant dans la foulée du spectaculaire rachat du PSG par la micro-monarchie, ainsi que de son entrée au capital de fleurons de l'industrie hexagonale, comme Lagardère et Veolia, l'opération banlieues semblait confirmer le préjugé qui veut que le " Qatar rachète la France ".

Choqué par ces résistances qu'il n'avait pas anticipées, le Petit Poucet de la péninsule arabique prit prétexte de la campagne présidentielle pour suspendre et repenser son projet. Officiellement, image oblige, il n'est pas question de parler de revirement ou d'abandon. Le pays, qui dispose d'un des PIB par habitant les plus élevés de la planète (102 000 dollars), ne goûte guère de faire machine arrière. L'émir Hamad Ben Khalifa Al-Thani aurait toujours réfléchi en termes de PME, et non de banlieues, insiste-t-on dans les milieux dirigeants. Y aurait-il eu un malentendu, une erreur de perception ?

L'argumentaire risque de ne pas convaincre les responsables de l'Association nationale des élus locaux pour la diversité (Aneld). C'est elle qui est à l'origine du fonds, une idée qu'elle était allée " vendre " au souverain qatari en personne, lors d'un voyage à Doha. Interrogé par l'AFP, son président, Kamel Hamza, a estimé que la nouvelle formule s'apparente à un " hold-up, un détournement de fonds par le gouvernement ". " On va lancer une pétition nationale pour demander que ce fonds revienne dans le giron de la banlieue, a-t-il ajouté. Une lettre et cette pétition seront envoyées à Hollande. "

Du côté du Qatar, on s'efforce de calmer le jeu. On fait valoir que, si les projets de l'Aneld répondent aux attentes de l'émirat et qu'ils soient en même temps validés par le gouvernement français, ils pourront bénéficier du fonds. " Le critère déterminant, ce n'est pas la localisation du projet, mais sa qualité ", assure un bon connaisseur du dossier.

Source : Le Monde

 

 

Commentaires  

 
0 #5 Trad hamed 2012-06-30 09:55 Bonjour,

Vraiment très déçu comme beaucoup de porteur de projet, le gouvernement doit faire le nécessaire pour aider les créateurs d'entreprise, les banques ne font pas leur travail depuis trop longtemps.
Citer
 
 
+1 #4 mikco 2012-06-28 01:59 yes ! tant que vivra le bougnoulisme des djamel, farida, rachida,… on sera mal barré ! pfff.. à quand une christiane (Taubira) arabe ?! une vraie quoi qui mérite vraiment sa place ! Citer
 
 
0 #3 Noun 2012-06-28 01:03 Quel gâchis, du temps perdu de la peine perdu, pourquoi chercherait un sage à manger le morceau qu'il bien identifié comme contaminé, empoisonné? Du calme nos enfants n'ont pas besoin de cette argent salle! Les pétrodollars quatari sont mouillés avec le sang de nous frères au Somalie, en Irak, au Soudan, en Libye et en Syrie et j'en passe beaucoup… Ce que va reculter les jeunes de nos banlieues sera regretté dans les 5 minutes suivantes de nôtre histoire…! Épargner nous ses malheurs Citer
 
 
+2 #2 Dr Bouloudhnine 2012-06-27 10:59 je m'étonne vraiment que l'ANELD soit étonnée. Ils ont été utilisés dans cette affaire, c'est l'apprentissage de la "réal politic"
Organisons nous mieux que cela dorénavant pour ne pas servir encore et toujours de faire valoir.
Le chemin reste long et tortueux…
Bien cordialement
Dr Bouloudhnine
Président de MOSAIC
Citer
 
 
+3 #1 KA 2012-06-27 10:06 Ghandi avait dit : « l’ État de droit se distingue de l’État raciste par le respect des droits de l’Homme ». La France comme l'Europe sont racistes. Où se trouve notre place dans cette Europe des races et des religions et des hypocrisies. Et la question se pose au sujet de la France ! Bien sûr qu'ils récupéreront l'argent des arabes et des musulmans pour le distribuer à leur frère de race et de religion. Oui, ils jetteront qlq miettes aux "collabeurs" comme les appelle Marc-Edourd Nabe (Alain Zannini). Musulmans, réveillez-vous ! Instruisez-vous ! Cultivez-vous ! Le savoir est une obligation stricte imposée à chaque musulman et musulmane. Citer
 

Ajouter un Commentaire


Nous contacter

UAM93 
Union des Associations Musulmanes
de la Seine-Saint-Denis 
Adresse : 23, rue Edgar Degas
93600 Aulnay-sous-Bois 
Tél. : 06 19 89 93 74
Tél. : 06 01 99 34 57
Fax : 09 55 36 29 66
Mail : contact@uam93.com

Article en Rapport


Liens commerciaux

Chroniques