Barack Hussein Obama aux musulmans : Ramadan Karim
Écrit par Ilyess   
Samedi, 22 Août 2009 06:08

Dans un discours prononcé le vendredi 21 Août, à l'occasion du début du Ramadan, le président américain Barack Hussein Obama a réaffirmé sa volonté de donner un « nouveau départ » aux relations entre les États-Unis et le monde musulman.

Dans ce discours, le président Obama avait déclaré que le « cercle vicieux de soupçon et de mésentente » entre les États-Unis et le monde musulman devait être interrompu, appelant à un « nouveau départ ».

                                         

JavaScript est désactivé!
Pour afficher ce contenu, vous devez utiliser un navigateur compatible avec JavaScript.
 

Transcription du discours d'Obama

Au nom du peuple des États-Unis - y compris les communautés musulmanes des cinquante États de l'Union - j'adresse mes meilleurs voeux aux musulmans d'Amérique et du monde entier. Ramadan karim.

Le ramadan est le mois durant lequel, selon la foi musulmane, le Coran fut révélé au prophète Mohamed, commençant par un seul mot : iqra. C'est donc, pour les musulmans une période de réflexion sur la sagesse et sur les préceptes qui accompagnent la foi, et sur la responsabilité que les êtres humains ont les uns envers les autres ainsi qu'envers Dieu.

Comme beaucoup de gens de confessions diverses qui ont vu le ramadan dans nos communautés et nos familles, je sais qu'il s'agit d'une période festive où les familles se rassemblent et partagent leurs repas. Mais je sais aussi que le ramadan est un temps de dévotion et de réflexion profondes, où les musulmans jeûnent pendant la journée et accomplissent la prière nocturne des Tarawi, récitant et écoutant le Coran entier en l'espace d'un mois.

Ces rites nous rappellent les principes qui nous unissent et le rôle de l'islam en tant que promoteur de la justice, du progrès, de la tolérance et de la dignité de tout être humain.

Ainsi, le jeûne est un précepte commun à maintes confessions, y compris ma propre foi chrétienne, comme moyen de se rapprocher de Dieu et de ceux d'entre nous dont le prochain repas n'est pas assuré. Le soutien que les musulmans apportent à autrui nous rappelle notre obligation de promouvoir le progrès et la prospérité chez tous les peuples. Car nous devons tous nous souvenir que, s'agissant du monde que nous voulons bâtir et des changements que nous voulons apporter, c'est en nos coeurs et en nos collectivités que tout commence.

Cet été, des gens partout en Amérique ont servi leur collectivité, éduquant des enfants, soignant des malades et venant en aide à des gens en difficulté. Les organisations confessionnelles, notamment de nombreuses organisations islamiques, ont participé au premier plan à cet été de service. Et dans ces temps difficiles, c'est là un esprit de responsabilité que nous devons soutenir durant les mois et les années à venir.

Au-delà des frontières des États-Unis, nous avons également la responsabilité de bâtir un monde plus paisible et plus sûr. C'est pourquoi nous mettons fin de manière responsable à la guerre en Irak. C'est pourquoi nous isolons les extrémistes violents tout en affranchissant les peuples de pays tels l'Afghanistan et le Pakistan. C'est pourquoi nous appuyons activement une solution à deux États qui reconnaisse le droit des Israéliens et des Palestiniens de vivre en paix et en sécurité. C'est pourquoi, aussi, l'Amérique défendra toujours les droits universels de l'homme : la liberté d'expression, la liberté religieuse, une pleine contribution à la société et la confiance dans la règle du droit.

Tous ces efforts s'inscrivent dans l'engagement des États-Unis à dialoguer avec les musulmans et avec les États à majorité musulmane sur la base des intérêts communs et du respect mutuel. En cette période de renouveau, je tiens à réaffirmer ma détermination à forger un nouveau départ entre mon pays et les musulmans de par le monde.

Comme je l'ai dit au Caire, ce nouveau départ doit s'accomplir dans le cadre d'un effort soutenu en vue de s'écouter les uns les autres, de nous informer les uns les autres, de nous respecter les uns les autres et de chercher des terrains d'entente. Cela implique, à mon avis, un élément important d'écoute et, depuis deux mois, les ambassades des États-Unis de par le monde engagent le dialogue non seulement avec des gouvernements, mais aussi directement avec la population de pays à majorité musulmane. Et du monde entier, nous recevons en retour d'innombrables messages sur la façon dont les États-Unis peuvent devenir un partenaire en faveur des aspirations des peuples.

Nous avons écouté. Et comme vous, nous focalisons notre énergie sur des actions concrètes débouchant sur des résultats, tant dans les domaines politique et sécuritaire que j'ai évoqués que dans les domaines dont vous nous avez dit qu'ils apporteraient les plus grandes améliorations à la vie des populations.

Ces consultations nous aident à mettre en oeuvre les partenariats que j'ai préconisés au Caire : élargir les programmes d'échanges éducatifs ; favoriser la création d'entreprises et d'emplois ; enfin, augmenter la collaboration dans les domaines scientifique et technique, sans omettre de soutenir les programmes d'alphabétisation et de formation. Nous établissons des partenariats avec l'Organisation de la conférence islamique et avec ses États membres en vue d'éradiquer la polio tout en collaborant étroitement avec la communauté internationale à la solution de problèmes de santé publique tels que le H1N1, dont je sais que beaucoup de musulmans en particulier s'inquiètent à cause des préparatifs du hadj.

Toutes ces initiatives visent à répondre à nos aspirations communes : vivre dans la paix et dans la sécurité ; obtenir une éducation et travailler avec dignité ; aimer notre famille, notre communauté et notre foi. Cela exigera du temps et des efforts patients. Nous ne pouvons tout transformer du jour au lendemain mais nous pouvons prendre honnêtement la résolution de faire ce qu'il faut faire, tout en nous engageant dans une nouvelle direction, vers la destination que nous visons pour nous-mêmes et pour nos enfants. Tel est le chemin qu'ensemble nous devons parcourir.

J'ai hâte, pour ma part, de poursuivre ce dialogue d'importance cruciale et de le traduire en actes. Aujourd'hui donc, je voudrais souhaiter aux musulmans des États-Unis et du monde entier un mois très saint alors qu'ils accueillent le début du ramadan. Que la paix de Dieu soit avec vous. 

 

Commentaires  

 
0 #3 Moustapha 2013-07-17 13:57 Salam: beau discours en effet mieux que bush mais attention: selon la girouette du vent,il va s'adresser ainsi en Egypte, autrement en Israel et différemment devant le sionniste congrès americain qui l'a mis au pouvoir: ne nous trompons pas de discours! Citer
 
 
+4 #2 Ahlem 2009-08-24 11:24 Dans la transcription, vous ne vous êtes pas gêné d'écrire : Mahomet, alors que Mr Obama a correctement prononcé Mohamed ! Citer
 
 
+2 #1 Kamel 2009-08-22 20:09 salam,
ca change de Bush et son arrongance … Il n'a pas de gene à prononcer des mots en arabe, bizarre comme président !
Citer
 

Ajouter un Commentaire


Nous contacter

UAM93 
Union des Associations Musulmanes
de la Seine-Saint-Denis 
Adresse : 23, rue Edgar Degas
93600 Aulnay-sous-Bois 
Tél. : 06 19 89 93 74
Tél. : 06 01 99 34 57
Fax : 09 55 36 29 66
Mail : contact@uam93.com

Article en Rapport


Liens commerciaux

Chroniques