Quand les niqab sont bannis, les musulmanes dansent !
Écrit par Stéphanie   
Lundi, 10 Octobre 2011 03:26

Eh oui, depuis que la loi contre le niqab a été votée, je peux le dire haut et fort, j’ai été déchargée de pas mal de tâches !! Tout d’abord un grand merci aux médias, car sans eux, le niqab me serait resté inconnu et n’aurait jamais fait partie de ma vie aujourd’hui.

En quoi cette loi est un avantage ? Eh bien, je n’ai plus besoin de sortir pour les courses, ni même pour faire des papiers, tout vient à moi ! C’est-à-dire que si mon mari ne les fait pas pour moi, je pourrais toujours engager une servante non-musulmane pour cela, et elle aura le temps à ça au moins. La TV ? Je l’ai zappée depuis longtemps, tellement elle est devenue dérisoire et nauséabonde de mensonges. Je préfère voir le monde des musulmans au sein de ma communauté, rien de mieux que de se nourrir de réel. La coiffeuse ? C’est elle qui vient à moi, et quel plaisir de partager le thé avec elle, c’est bien plus convivial que de passer dans un salon impersonnel. Mes amies ? Ce sont elles qui viennent à moi et rarement l’inverse, et c’est mieux comme ça, fainéante comme je suis ! Et puis, ma maison est devenue un palais, tellement je lui ai rendu son confort pour m’y attarder et recevoir comme bon me semble. Depuis, je passe le plus clair de mon temps à me prélasser, je fais de la danse orientale pour sculpter mon corps, je prends soin de moi, je passe mon temps à me maquiller, à faire de la peinture sur toile, ou à m’aventurer dans le domaine de la couture de façon innovante, à faire mon shopping sur le net, à porter ce qu’il y a de plus classe chez moi (talons, jupes,…tout et même ce qu’une femme non-musulmane n’oserait pas porter dehors par complexe ou par convention), à me gâter de bons petits plats que je n’avais jamais le temps de faire auparavant. Et puis, ça sera peut-être pour moi l’occasion de prendre un peu de poids puisque de nature ce n’était pas chose aisée (si, si c’est vrai) ! En gros, mon mari ne me voit que sous mon plus beau jour, et tout est naturellement en ordre avant même qu’il ne rentre ! Alors qu’auparavant, quand je devais sortir pour ceci ou pour cela, mes responsabilités s’étalaient jusqu’en dehors de chez moi. Maintenant, je suis tranquille ! Déjà que je n’ai pas besoin de travailler, vu que l’Etat me l’interdit, mais là c’est une grâce de Dieu, donc merci à l’Etat mille fois, car je peux ainsi me consacrer à mes vraies passions toute la journée : pas de patron pour me grogner un ordre ni pour me donner une date limite de travail, je suis mon propre employeur, je me donne mes propres limites, pas de stress, pas de pollution sur ma peau ni mes cheveux, pas de courbatures, et quel plaisir pour mon mari de ne pas entendre les plaintes de sa femme en fin de journée ! Si ça, ce n’est pas profiter de la vie…

Combien espèrent pouvoir prendre un bon bain prélassant et parfumé pour se relaxer en fin de journée, mais n’en trouvent pas le temps ? Combien ne se contentent que de plats tout-faits et pas frais le midi ? Combien espèrent s’inscrire à des cours de danse ou de sport mais n’en ont ni la volonté ni le temps ? Combien espèrent consacrer du temps à leurs passions artistiques mais ne sont que les esclaves d’un travail qu’elles n’aiment que pour leur survie ? La plupart ne trouvent de temps à cela qu’à partir de la retraite... Combien aimeraient pouvoir passer du temps avec leur compagnon mais ne trouvent que quelques minutes à accorder à leur chien ou à leur chat ? Combien aimeraient prendre soin d’elles pour briller dans le regard de leur moitié, mais ne le font que pour les occasions professionnelles ? Combien usent de crèmes anti-rides, anti-fatigue, anti-stress par manque de sommeil ou par exposition à la pollution ? Pourquoi tant de violence ? J’ai de la peine pour elles mais aussi beaucoup d’admiration : elles trépignent pour un maigre salaire et un mari quelquefois ingrat…Alors que moi, je gagne le double de ce qu’elles recherchent grâce à Dieu, et sans en faire autant. Je suis sûre que même les sœurs en niqab qui ont des enfants à mettre à l’école n’ont plus besoin de le faire. Depuis, elles peuvent se permettre de se payer une servante pour le faire, quelle tâche ingrate tout de même, nous sommes des princesses !

Vraiment, je n’échangerai pour rien au monde ma situation à celles des femmes qui sont obligées de travailler, car elles ne savent plus faire confiance à leur homme et en plus elles sont chargées doublement de travail, de stress, soumises à leurs patrons et à leur travail. Finalement, avec tout ça, comment envier la situation des femmes non-niqabées ? Je dis merci à cette loi qui m’a libérée de toutes ces contraintes et aux députés de l’avoir votée ! Qu’ils ne s’inquiètent donc pas, j’ai maintenant du temps à consacrer à ma famille et à la défense de ma communauté !

sirriyya

 

 

Commentaires  

 
+3 #2 said 2011-10-13 21:09 bravo a vous et avotre famille vous etes liberee de l'esclavage de la societe et bcp olus des employeurs suceurs de sangs et aux parle-menteurs qui veulent de la femme comme objet dans la societe occidentale bonne courage merci a Allah qui vous a libere et vous a cree libre Citer
 
 
-5 #1 sammantha 2011-10-11 16:36 c'est un point de vue trés personnel, même si sirriyya semble épanouie, à rester chez elle, elle semble vivre enfermé chez elle.
elle est privé de la chose la plus cher la liberté de marcher librement et simplement dans la rue, de respirer; et ça ce n'est pas rien. Alors oui peut être qu'elle c'est débarassée de certaine taches pénible, mais tout de même je ne trouve pas que sa vie à l'air génial.
Citer
 

Ajouter un Commentaire


Nous contacter

UAM93 
Union des Associations Musulmanes
de la Seine-Saint-Denis 
Adresse : 23, rue Edgar Degas
93600 Aulnay-sous-Bois 
Tél. : 06 19 89 93 74
Tél. : 06 01 99 34 57
Fax : 09 55 36 29 66
Mail : contact@uam93.com

Article en Rapport


Liens commerciaux

Chroniques