NPNS : financement du Qatar et démission de Sihem Habchi
Écrit par Stéphanie   
Lundi, 31 Octobre 2011 17:06

Sortie de crise pour " Ni putes ni soumises " ? La présidente de NPNS, Sihem Habchi, s'est engagée à démissionner de ses fonctions le 19 novembre, a indiqué Rachida Benahmed, présidente du comité de Meaux. L'association élira alors une nouvelle présidente en décembre prochain. Cette issue fait suite à une grève des salariés qui aura duré deux semaines. Le mouvement réclamait le départ de Mme Habchi dont " il dénonçait la gestion " et la " tyrannie ". (Elle)

Voici le mail des salariés de NPNS adressé aux membres du Conseil d’Administration :
 
"Date: 25 octobre 2011 16:22:02 HAEC
Objet: Nouveau document NPNS. NPNS financé par un régime arabe ? Qui l'eut cru...
 
Chers membres du CA,
 
Comme vous le savez peut être, nous, les salariés de NPNS, sommes en grève depuis vendredi matin 9 H 30.

Certains d’entre vous, soucieux de l’avenir du Mouvement, nous ont demandé les raisons de cette grève. Voici un résumé de notre situation, qui nous a poussé à nous mettre en grève. Ainsi que nos principales revendications. Nous en appelons aujourd’hui à la responsabilité qui est la votre et qui vous a conduit à devenir des membres militants du Conseil d’Administration du Mouvement pour nous aider à construire une sortie de crise productive et pérenne.

Le mail anonyme reçu par certains d’entre nous la semaine passée vous aura autant choqué que nous, cette démarche comportant un caractère peu élégant dû à l’envoi « sans source ». Cette nouvelle crise a été un facteur déclencheur et uniquement un facteur déclencheur pour discuter collectivement entre salariés de dysfonctionnements massifs partagés par tous les salariés, liés à notre travail, aux projets du Mouvement et aux process de prises de décision.

Les raisons du mouvement de grève sont :
- ces dysfonctionnements,
- l’absence de réponse
- les attaques ad nominam sur les personnes qui ont été proférées
- la somme des atteintes quotidiennes sur le bon déroulement de notre travail
- Enfin notre militantisme a également été remis en cause, et Sihem a menacé de dissoudre l’Association, Mouvement que nous portons dans notre cœur et dont nous voulons avant toute chose, la consolidation.

Toutes les tentatives, par le passé, pour porter à notre présidente de manière individuelle ou collective sur les dysfonctionnements n’ont jamais permis qu’une voix de négociation cordiale puisse être ouverte. C’est pourquoi la grève et la saisie du CA nous ont apparu comme les seuls voies possibles pour alerter les militants que vous êtes sur notre situation et celle du Mouvement qui nous inquiète jour après jour.

Notre situation est la suivante :
Nous nous inquiétons de l’état d’avancement de certains projets, sans que nous n’ayons aucun retour dessous de la part de notre présidente.

La Gala a été annulé sans aucune explication ni volonté de rattraper le coup, contrairement aux années passées. L’opération Toute en Jupe est fortement compromise dans la mesure ou les noms et concepts de l’événement (Toute en Jupe & En Jupe et Pas Soumises) ont été déposés à L’INPI au nom d’une partenaire de l’année passée sans aucune référence à l’association. L’équipe a alerté Sihem à plusieurs reprises sur ce sujet qui nous a demandé de rester discrets et promis de gérer la situation malgré l’approche de la date du 25 Novembre.

Nous n’avons aujourd’hui aucun retour sur ce sujet et nous ne pouvons soulever la question sans s’exposer à des remontrances à un mois et demi de cet événement.
La Campagne Nadia El Fani : L’équipe a demandé à ce que Diaryatou Bah et Zineb El Rhazoui, en tant que porte parole, assistent et commente les débats partout en France. Sihem a demandé à ce que ce soit son nom à elle qui soit donné au distributeur et co organisateur et ce dans sa période de réserve médiatique. Pour finalement ne pas se rendre aux projections-débats, nous mettant dans une situation plus que grossière vis-à-vis de Nadia El Fani, courageuse réalisatrice, ainsi que de la production et du distributeur. Nous avons été à plusieurs reprises obligés de justifier quelques heures avant de son absence. Du coup les deux porte parole intérimaires, parfaitement briefées sur les problématiques de démocratie et de Laïcité en Tunisie, n’ont pu s’exprimer et montrer le visage international de l’Association.
La refonte du site Internet : suite à la demande de Sihem d’audit du site en mai, un travail préalable a été fait sur des améliorations à apporter pour mieux répondre aux besoins et pour pallier aux carences du présent site construit depuis octobre 2010. Le prestataire n’étant pas disposé à le faire avant décembre, il a été proposé et validé une refonte complète. L’absence de retours et de réunions sur les propositions (arborescence, devis, concept) ont conduit à l’arrêt de ce travail.

Les relations avec les partenaires, qu’ils soient publiques, associatifs ou privés : notre travail est au quotidien entravé dans la gestion de ces relations par manque de retours, dénigrement de ces partenaires lors des discussions internes de stratégie… Par exemple, la LICRA, convoquée par NPNS à une réunion sur la laïcité, au cours de laquelle il a été décidé d’une tribune commune, n’a jamais pu être rappelée ni eu notre retour, y compris sur leur proposition de ladite tribune qui a donc été publiée sans le Mouvement, malgré la totale convergence avec les positions.

Tous les sujets que nous n’avons jamais eu le droit d’aborder avec vous ou avec qui que ce soit.

C’est pourquoi, parce qu’il est nécessaire de retrouver une normalité démocratique dans laquelle les salariés rendent des comptes au CA, nous nous sentons dans l’obligation aujourd’hui de vous faire part de certains de ces éléments dans un souci de démocratie :
 
- le projet leadership et un éventuel financement par le Qatar : ce projet de mise en mouvement des filles des quartiers n’ayant pas accès aux formations d’excellence est travaillé depuis quelques mois au sein de l’association. Cependant, Sihem a parlé d’un éventuel financement de ce projet par le Qatar, ce qui a soulevé des questions au sein des personnes destinataires de cette information, notamment en termes éthiques, d’image de l’association et de cohérence avec le combat universaliste. En effet, rappelons que le Qatar est un régime autoritaire dans lequel il n’y a pas de liberté de la presse, dont le classement international de l’ONU sur les droits humains (137ème, après la Chine et Haïti) est plus qu’éloquent et dont la situation des femmes reste alarmante (le Comité contre la Torture des Nations Unies a noté l’absence de toute loi visant spécifiquement à protéger les femmes contre la violence au foyer). Le Comité contre la Torture a également constaté que les autorités judiciaires et administratives pouvaient infliger des peines telles la lapidation et la flagellation (Source : Rapport des Nations Unies, 2010). Les questions ont été enterrées, sur l’argument de faire avancer à tout prix les projets, avec l’ordre de ne pas diffuser cette information et de ne plus poser cette question.
 
- le soutien à Arnaud Montebourg sans distinction franche, particulièrement en public : des membres de l’équipe lui ont rappelé son engagement conditionnant la confiance du CA lorsqu’il a été question des interventions TV en Septembre. Là encore, ordre de se taire et lors des ITV, aucun rappel du caractère privé de l’engagement auprès de Montebourg, entraînant ainsi une confusion certaine dont ont fait état certains partenaires devant des salariés. De plus, la confusion est annoncée pour les prochains évènements. Michel Onfray, au-delà de positions douteuses anti-laïques, soutien officiel d’Arnaud Montebourg, a été proposé par Sihem pour intervenir lors des débats de soutien à Nadia El Fani et lors des prochaines Universités.
 
- La signature publique avec Eric Besson, Ministre de l’immigration, en octobre 2010 : Intervenue seulement quelques jours après les Universités, cette décision, exceptionnelle pour l’association, n’a fait l’objet d’aucune discussion. Le seul embryon d’échange fut amorcé en Conseil National, initié par la Présidente du Comité de Gironde Aquitaine, mais sans aucun débat concret. Plusieurs salariés ont exprimé à titre individuel leurs doutes sur la pertinence et ont demandé à ce qu’une concertation pour une décision collective soit lancée. L’ordre nous a de nouveau été donné de ne pas échanger ni au sein de l’équipe, ni avec les membres du CA, ni avec les comités, sur notre avis et de défendre la décision de Sihem.
 
Nous sommes convaincus que cette grève peut contribuer à travailler en profondeur sur des problématiques qui entravent l’avancée du Mouvement et faire ainsi de Ni Putes Ni Soumises l’acteur essentiel de la lutte pour les droits des femmes qu’il doit être.

En vous souhaitant bonne réception,
 
Amitiés militantes"

Source : NouvelObs 

 

 

Commentaires  

 
+8 #9 AAAA 2011-11-01 20:32 je ne pensais pas que le problème de la liberté de la femme se situé au niveau de la jupe.
J'étais persuadé que les libertés de la femme étaient des enjeux d'ordre économique et politique. économique car la majorité des femmes occupent des emplois peu qualifié ou en dessous de leurs qualifications et donc des salaires bas, se pose aussi la question des creches et garderie d'enfants qui rendent difficile la concialition entre travail et famille.

apparemment pour NPNS la femme libéré est la femme objet. Or en france dans les médias c'est l'image de la femme objet qui est véhiculé . bonjour la contradiction
Citer
 
 
+2 #8 sebottendorf 2011-11-01 11:59 a quoi fallait ti s attendre, apres avoir insulte l Islam, et quelques soeurs, apres avoir ete la serpillere du Ps,et autres organisations sataniques, tout ca bien sur, en empochant des sous,(nerfs de la guerre et des serpilleres),ve ndue, et soumise(mais la cest pour de largent, donc elle a le droit), tous ces tocards et tocardes, de socialeux, sans dignite aucune, ni face, et c est a CA qu on doit confier le pays dasn quelques mois!!!!!!servi lite docilite, hypocrisie, au choix pour donner un nom au changement!!!ts sssss Citer
 
 
+5 #7 gravissime 2011-11-01 11:07 selam

Les gens ne respectent rien dès qu'il s'agit de gagner un peu de fric !

C'est grave de s'obliger à ressembler à tout le monde : cela provoque des névroses, des psychoses, des paranoïas.

…"je me demande où sont passé les subventions"

Ni Putes Ni Soumises ne manquait pourtant vraiment pas d’argent. Subventionnée à hauteur de 500.000 euros par an, elle fait partie des associations les mieux loties de France. Mais d’anciennes bénévoles et salariées continuent de s’interroger. Sarah, ancienne vice-présidente de NPNS, a participé à l’opération "Tremplin pour le respect" en 2008 : "je me demande où sont passé les subventions, étant donné que tout reposait sur le système D, et qu’aucun prestataire n’a été payé". D’autant que l’Education nationale a déboursé 11.000 euros pour ce projet.

Du coup, les financements se font plus rares. La région Ile-de-France a cessé d’alimenter l’association depuis trois ans. L’Acsé (Agence nationale pour la Cohésion sociale et l’égalité des chances), qui finançait cinq postes d’adultes relais sur le terrain à hauteur de 100.000 euros, et offrait des subventions à hauteur de 155.000 notamment pour la plate-forme d’accueil aux victimes, n’a pas encore renouvelé son partenariat. Et, malgré les demandes réitérées du "Nouvel Observateur", les comptes de l'association n'ont toujours pas été rendus publics, comme ils devraient l'être.

tempsreel.nouvelobs.com/societe/20111021.OBS3030/scandale-a-ni-putes-ni-soumises.html

Les gens ne respectent rien dès qu'il s'agit de gagner un peu de fric !

es selam
Citer
 
 
-4 #6 Hakim 2011-11-01 10:33 Les arabes existent pour ne pas s'entendre ça a toujours était et ça sera toujours le cas, je suis persuadé qu'on est maudits de par notre comportement innommable et annommable,à bon entendeur salem. Citer
 
 
0 #5 anonyme 2011-11-01 01:00 as salam alaikoum

Internet n'est pas seulement une révolution industrielle. C'est aussi une révolution politique : elle touche au pouvoir ; elle bouleverse les rapports de force. Par là, elle est profondément déstabilisatric e.

Laissez la tyrannie régner sur un mètre carré, elle gagnera bientôt la surface de la terre.

salam
Citer
 
 
+7 #4 Hanafy 2011-10-31 23:49 Sihem Habchi, Fadela Amara, Rachida Benahmed… des khobsistes féministes prêtes à manger dans n'importe quelle gamelle pourvu que ça paie !

Triste fin pour la présidente Habchi qui se comporte comme le dernier des dictateurs despotique des pays arabe. Elle démissione c'est tout à son honneur. Souhaitons maintenant que toute la clique de ce cirque, qui aura durer presque une décénie, tire un trait définitif sur cette mascarade NPNS !
Citer
 
 
+7 #3 Cocass 2011-10-31 21:19 Le masque a fini par tomber ! Citer
 
 
0 #2 Tom 2011-10-31 20:47 Encore des harquis, décidément l'histoire se répète! Citer
 
 
+10 #1 Fatima de Bagnolet 2011-10-31 19:52 Bonsoir/selam

…de Harlem Désir à Sihem Habchi la "brute" en passant par des trafiquants de drogues des ..voleurs de tout genre…décidéme nt les associations creuses genre npns, sos machinzbelle..ont la vie dure…et dans la réalité les associations qui travaillent sérieusement manquent cruellement de moyens…2 poids 2 mesures…
Citer
 

Ajouter un Commentaire


Nous contacter

UAM93 
Union des Associations Musulmanes
de la Seine-Saint-Denis 
Adresse : 23, rue Edgar Degas
93600 Aulnay-sous-Bois 
Tél. : 06 19 89 93 74
Tél. : 06 01 99 34 57
Fax : 09 55 36 29 66
Mail : contact@uam93.com

Article en Rapport


Liens commerciaux

Chroniques