Mosquée de Noisy-le-Grand : Des solutions trouvées après l’annonce de nouvelles élections
Écrit par Ilyess   
Dimanche, 21 Juin 2015 19:03

Depuis vendredi, les musulmans du Champy et de la Butte Verte, à Noisy-le-Grand, ne prient plus dans la rue. Ils peuvent désormais louer un local appartenant à la ville jusqu’au 15 octobre. Un dénouement pour le moins inattendu alors que la situation semblait bloquée, depuis que leur ancien site de prière, un foyer de migrants, a été démoli en raison de son insalubrité.

Mais entre-temps, le Conseil d’État a annulé les élections municipales de Noisy, et un nouveau scrutin aura lieu en septembre. De là à dire qu’il y a un rapport de cause à effet, il n’y a qu’un pas qu’un certain nombre de fidèles n’hésitent pas à franchir.

L’association des musulmans de Noisy-le-Grand a finalement obtenu le local qu’elle convoitait depuis plusieurs mois. Jusqu’à présent, elle avait essuyé refus sur refus de la part de la municipalité. Jusqu’au 10 juin dernier, soit quelques jours avant le jugement du conseil d’état. « Nous sommes heureux d’avoir obtenu un endroit dans lequel nous pouvons prier en toute sérénité mais nous sommes aussi déçus d’apprendre qu’il était inoccupé depuis décembre 2011, déclare Enis Chabchoub, son président. Cela nous aurait évité de nous retrouver à la rue pendant plus d’un mois. D’autant que nous aurions pu le louer durant tout ce temps ». Mais ce n’est pas tout. Après le 15 octobre, les fidèles pourront avoir accès à un autre site provisoire, pour une durée de deux ou trois ans, le temps de construire une seconde mosquée dans le quartier du Champy. Un terrain a été identifié. Il y a trois semaines, aucun ne semblait disponible. Enfin, si l’association a déjà un endroit, au Pavé Neuf, pour un premier lieu de culte, la mairie exigeait que la salle de prière soit aménagée en sous-sol, ce qui coûtait plus cher. Ce n’est plus le cas maintenant.

Tous ces changements laissent les fidèles perplexes. « Je trouve quand même regrettable que les difficultés des musulmans ne soient résolues qu’à l’approche des élections, souligne Ashraf. On en a assez d’être considérés comme des citoyens de seconde zone ». « Une fois réélu, le maire actuel tiendra-t-il ses engagements ? Tant de promesses ont été faites depuis les municipales de 2014 », s’interroge Farid. Enis Chabchoub se défend de tout engagement partisan : « Nous discutons avec tous les partis de la ville mais aussi toutes les religions. Nous ne donnons aucune consigne de vote ».

Michel Pajon, le maire PS actuel, assume parfaitement ces évolutions. « On a toujours dit qu’on trouverait une salle au Champy, on n’a jamais précisé quand. J’ai trouvé cette salle, disponible de façon provisoire, mais en contrepartie, j’ai dû retarder une opération immobilière de 4 mois, jusqu’en octobre. Et je ne pouvais pas y accueillir les musulmans plus tôt car le site était sur le point d’être vendu ». Concernant la construction d’une deuxième mosquée, l’élu se justifie. « Nous avons fait notre maximum, mais l’association des musulmans doit aussi agir. Cela fait un an qu’elle a le terrain au Pavé Neuf et rien n’est encore sorti de terre ».

Source : Sébastien Thomas du Parisien

 

 

Ajouter un Commentaire


Nous contacter

UAM93 
Union des Associations Musulmanes
de la Seine-Saint-Denis 
Adresse : 23, rue Edgar Degas
93600 Aulnay-sous-Bois 
Tél. : 06 19 89 93 74
Tél. : 06 01 99 34 57
Fax : 09 55 36 29 66
Mail : contact@uam93.com

Article en Rapport


Liens commerciaux

Chroniques