Mères voilées : François Fillon s'oppose à Luc Chatel
Écrit par Stéphanie   
Mercredi, 22 Juin 2011 01:45

Luc Chatel souhaite proscrire le port du voile par les mères d'élèves lors des sorties scolaires, mais Matignon retarde la décision. Faut-il refuser les mères voilées pour accompagner les sorties scolaires? La question divise le gouvernement. Luc Chatel, ministre de l'Éducation nationale, souhaite que les parents qui encadrent des visites de musées ou des colonies organisées par l'école publique soient soumis aux règles de neutralité, comme les fonctionnaires. Il avait annoncé au Figaro qu'il préparait une circulaire pour clarifier la situation. Mais depuis, la rédaction est suspendue.

Car le premier ministre s'y oppose. «Ce serait très douloureux pour les enfants de voir leurs mères écartées des sorties», avance-t-on à Matignon. Dès 2004, François Fillon, alors ministre de l'Éducation, avait refusé que la loi qui interdit le port de tenues religieuses ostensibles aux élèves de l'école publique soit appliquée aux parents qui intervenaient dans l'école. Ces dernières semaines, alors que le gouvernement examine les ajustements nécessaires pour que la laïcité soit mieux respectée dans la République, le premier ministre a réaffirmé sa position. «La loi sur l'école ne concerne que les élèves. Et il n'est pas sûr que les parents accompagnateurs aient le statut de collaborateurs occasionnels du service public», fait savoir son entourage.

Un été pour réfléchir
Au grand dam de Luc Chatel et de Claude Guéant qui auraient souhaité clarifier le statut de tous les collaborateurs occasionnels du service public, comme les parents, mais aussi les jurés. À ce jour, on les supposait neutres, mais aucun texte ne le spécifie. Ils ne sont juridiquement considérés comme des «collaborateurs occasionnels du service public» qu'en cas de contentieux ou d'accident. Le gouvernement s'est donné l'été pour examiner dans le détail toutes les situations et décider au besoin de mesures législatives.

Au sein de l'Éducation nationale, les professeurs sont globalement réticents à voir des parents qui affichent une croyance intervenir dans un rôle d'encadrement. Mais ils ne souhaitent pas se priver d'une occasion de se rapprocher de certaines familles, explique Patrick Gonthier qui dirige l'Unsa: «C'est un sujet difficile. Faut-il distinguer le petit foulard traditionnel de certaines femmes des groupes de mamans voilées militantes que l'on voit parfois? Il faut clarifier la règle, car, sinon, chacun va faire à sa manière. Et bien souvent, les professeurs contournent ces parents-là.» Le syndicat, qui rencontrera François Fillon mardi, est favorable à une interdiction, mais «il faudra prendre le temps de l'expliquer, de diffuser le message, avant de l'appliquer».

«C'est l'image de l'école de la République qui est en jeu», justifie Claudine Palaccio, la directrice de l'école primaire Joséphine-Baker à Pantin, qui a choisi d'écarter des sorties les parents qui affichent leurs convictions religieuses. Immédiatement taxée d'islamophobie, contestée par la FCPE, la directrice a choisi d'assumer. «L'école est laïque. S'ils interviennent dans une mission scolaire, les parents doivent être neutres. Autrement, ils viennent au conseil de classe, avec leur voile, leur turban, leur kippa, évidemment.» La directrice insiste: «J'impose la neutralité à tous les intervenants. J'ai fait enlever une grande croix d'une dame de cantine. Elle l'a très bien compris.»

«Pressions communautaires»
«On se retrouve dans la même situation que pour le foulard dans les années 1980. Ceux qui ne voulaient pas légiférer minimisaient, évoquaient quelques cas et les chefs d'établissement devaient se débrouiller seuls», rappelle Alain Seksig, ancien inspecteur de l'Éducation nationale, responsable de la laïcité au Haut-Conseil à l'intégration. «Aujourd'hui, chaque école fait sa politique. Dans certaines écoles, c'est la porte ouverte aux pressions communautaires.» Le HCI réclame d'ailleurs la neutralité des parents en mission pour l'école.

Les fédérations de parents sont, elles, divisées. La Peep aurait préféré que les parents intervenants dans l'école restent neutres. Tandis que la FCPE a pris position pour ces mères parfois exclues. Au-delà des fédérations, souvent politiques dans leurs décisions, l'affaire partage aussi les parents d'élèves. Certains se déclarent hostiles et d'autres jurent que «cela ne les dérange pas mais qu'il ne faut pas aller trop loin». En tout cas, explique une mère à Saint-Ouen, «c'est une question de principe, pas de personne».


Source : Le figaro

 

 

Commentaires  

 
0 #5 HB 2011-07-18 19:25 Salat wa salam ala Saydina Mohammed wa ala asahbihi ajmaine,
As Salam Alaykoum wa Rahmatoulahi wa Barakatouhu
à diffuser !!!! Baraka Allahou Fikoum !
URGENT
La question du jour sur Europe 1 : Faut-il interdire les sorties scolaires aux femmes voilées ?
les résultats pour le moment sont édifiants (comme toujours..), voir ci-dessous
alors à vous de jouez !
cliquez sur le lien ci-dessous:
www.europe1.fr/…/Faut-il-interdire-les-sorties-scolaires-aux-femmes-voilees-595211

Y'en a marre, nous sommes des humains comme TOUT LE MONDE, toi avec ton KEPI, toi avec ton BERET, toi avec ta CAGOULE, toi avec ton BONNET, toi avec ton BOB, toi avec ta CASQUETTE, toi avec ton CHAPEAU, toi avec ton BIBI, toi avec ton CHAPEAU DE PAILLE, est-ce qu'on vous ennuie concernant votre couvre-CHEF !!!

Depuis quelques temps, on se lève voile burqa, on mange voile burqa, on s'endors voile burqa. C’est vraiment l’arbre qui cache la forêt, la forêt des problèmes prioritaires pour les citoyens français : chômage, emplois précaires, travailleurs pauvres, retraites minimales, RSA, plafond minimal + de CMU, baisses du pouvoir d’achat, le bouclier fiscal est-il conforme à ce principe politique d’égalité devant l’impôt, fermetures de classes, etc. les inégalités de 2010 sont encore plus fortes que celles de 2007 et l’on sent bien que le mouvement ne fait qu’accélérer. Pour tout cela, surtout pas de changement, surtout pas de loi à voter en urgence, non, rien est plus urgent que le voile burqa. Pour tout cela, silence radio et télé, médias, les chargés de communication de l’omni-président n’ont rien trouvé d’autre à proposer aux français pour faire diversion, et en tout état de cause ils voilent très bien les problèmes, et soulèvent des lièvres.

REFUSONS les divisions, qui nous oppose nous les français et étrangers à d’autres français et aux étrangers et à tous les membres de la communauté européenne.Soyons solidaires pour que la devise soit respectée , Liberté, Egalité, Fraternité, demeure dans cette République, le symbole du bien vivre ensemble. Que le législateur retrouve un peu de sagesse et cherche à retrouver la qualité de son travail. L’intérêt général y gagnera.

Fi aman ALLAH wa salam
Citer
 
 
0 #4 latiamzi 2011-06-24 15:42 bientôt il nous retireront nos enfants pour les mettre à la DASS!!!!!
il va falloir que je me déshabille pour avoir l'air fréquentable à l'école! c'est insultant!

les pédophile n'ont pas se problèmes pour approcher nos enfants.
Citer
 
 
+2 #3 Hûsam 2011-06-23 14:11 si les mamans musulmanes n'accompagne plus les enfants, qui va les remplacer?? du personnel rémunéré??
non, personne, avec tous les risqhes que celà comportera!!
Citer
 
 
+2 #2 AbdelkrimUK 2011-06-23 13:46 This sounds more like we are dealing with a "Reversed Taliban" version of a
government … it is so important this subject of "veiled" women coming to fetch
their children from schools that "the French government is divided over" !!!!
What an irony … and what a waste of mind energy at these "neo-intellects" !!!

Abdelkrim
Citer
 
 
+2 #1 mellal boukhalfa 2011-06-23 13:36 je séper que se acte raciste nous dis nous somme fier dtre mosilment Citer
 

Ajouter un Commentaire


Nous contacter

UAM93 
Union des Associations Musulmanes
de la Seine-Saint-Denis 
Adresse : 23, rue Edgar Degas
93600 Aulnay-sous-Bois 
Tél. : 06 19 89 93 74
Tél. : 06 01 99 34 57
Fax : 09 55 36 29 66
Mail : contact@uam93.com

Article en Rapport


Liens commerciaux

Chroniques