Lille : destruction d'une salle de prière
Écrit par Ilyess   
Mercredi, 27 Juillet 2011 01:53

Je me permets d'attirer votre attention sur un incident regretable survenu aujourd'hui, mardi 26 juillet 2011, qu'est la destruction d'un lieu de culte situé au foyer Aréli au quartier Lille-Fives. Cette salle de prière a une ancienneté de plus de quarante ans, puisqu'elle est utilisée depuis 1969.

Le mardi 26 juillet 2011 à 07h30, la préfecture du Nord de Lille a ordonné la destruction du lieu de culte situé  au foyer Aréli fréquenté par les résidents et les non résidents dans le quartier Lille-Fives  sous la garde vigilante et dure des forces de l’ordre qui étaient en grand nombre pour sécuriser le foyer  et afin d’empêcher les fidèles de parvenir à la mosquée pour la défendre.

Cette destruction vient dans le cadre d’un plan visant à raser une partie de l’intérieur de la mosquée afin de  restructurer les lieux en bureaux de fonction pour les employés d’Aréli.

La décision de la dite destruction a été prononcé par le Tribunal de grande instance suite à un référé déposé par le bailleur propriétaire du site LMH (Lille métropole Habitat) et l’association gestionnaire du foyer selon un huissier présent sur les lieux, alors qu’aucune assignation  n’a été présentée  aux fidèles pour les prévenir d’une imminente destruction.

Une provocation dure à supporter à quelques jours du mois sacré du Ramadan, les fidèles n’imaginaient  jamais que les autorités oseraient intervenir  manu militari dans un foyer à majorité de personnes âgées immigrées, une population silencieuse et inoffensive avec la bénédiction sans doute de madame la Maire de Lille Martine Aubry (PS)  en concertation sans doute avec Mr Omar Lasfar, (recteur de la mosquée de Lille sud) son fidèle soutien, l’interlocuteur et le porte parole de la communauté musulmane de Lille sud  qui avait déclaré récemment  dans un quotidien régional que cette mosquée n’a pas lieu d’être, que les fidèles âgés et malades n’ont qu’aller prier ailleurs à 2 km de là sans prendre en compte leur maladie, défaut de locomotion, défaut de transport en commun à des heures tardives des prières.

Aujourd'hui, les fidèles crient leur indignation et dénoncent cette nouvelle agression de la religion encore une fois ; c'est sur leurs têtes que tombent le mépris et les humiliations.

Que faire ? Les fidèles n’ont que les droits qu’Allah veut bien leur consentir. Leur dignité vient non pas de leur nature mais de leur soumission à la volonté d’Allah.

Driss RADI

JavaScript est désactivé!
Pour afficher ce contenu, vous devez utiliser un navigateur compatible avec JavaScript.

 


LMH a fait appel à la police, hier matin, pour évacuer les musulmans de la salle de prière de Fives

Sitôt la salle vidée de ses occupants, les ouvriers en ont condamné les issues. « Si les pelleteuses sont bloquées, que vont-ils faire, s'interrogeait en mars Mohamed Bousnane, ... l'un des porte-parole des fidèles.

Envoyer les CRS ? » L'hypothèse, lancée sur un ton de défi, s'est réalisée hier matin. Sous les yeux ronds des passants, fourgons et motos de police ont débarqué devant le foyer de travailleurs migrants de la rue de Lannoy, à Fives. Mission évacuation de la salle de prière musulmane. Dans le billard à trois bandes qui se joue depuis des mois entre les croyants, l'association gestionnaire ARELI et le propriétaire LMH, ce dernier a fini par user des grands moyens : solliciter du préfet le concours de la force publique pour « reprendre » son bien. Hier matin, devant la troupe de policiers, les croyants ont vidé en hâte leur local, une salle devenue au fil des décennies le lieu de culte de nombre de musulmans du quartier.

Sitôt le dernier fidèle sorti, les issues ont été condamnées.

LMH aura donc tranché le noeud gordien. En force. Le bailleur, qui avait chamboulé son calendrier pour donner une chance à un règlement à l'amiable, ne voulait pas attendre plus longtemps. Dans un communiqué envoyé pour tout commentaire, Lille Métropole Habitat rappelle que le bouclage de la salle avait été notifié, dès la fin mai, aux usagers. Lesquels avaient continué à célébrer quotidiennement les offices. Le 14 juin, LMH saisissait le tribunal de grande instance de Lille, qui reconnaissait l'occupation illégale. Dès lors, l'issue semblait inéluctable.

« La réalité s'est imposée, malheureusement, car ce n'est pas de gaieté de coeur, déplore Bertrand Declemy, le directeur de l'ARELI.
Mais il n'y avait aucune autre solution. On ne nous a pas fait de propositions. » Depuis des semaines, le dialogue était rompu, les positions, inconciliables. LMH et l'ARELI avaient acté le maintien d'un local pour les résidants, et eux seuls, avant et pendant les travaux ; inacceptable pour les fidèles, qui refusaient de fermer la porte de leur « mosquée » aux musulmans de tout le quartier. Désormais, ils n'ont plus le choix. Il leur faudra se replier dans la pièce de 50 m² mise à leur disposition avec « un point d'eau, de l'électricité » et la « même orientation géographique », précise LMH. Ou se délocaliser vers la proche mosquée de Mons.

« Respect pour l'histoire »

Ultime concession de l'ARELI, « en signe de respect pour l'histoire du lieu » : aménager la future salle polyvalente dans une partie de l'ancienne salle de prière. Pas sûr que cela suffise à apaiser les croyants expulsés hier, même si Bertrand Declemy assure que la grande majorité des locataires du foyer n'aspire qu'à la « tranquillité ». À vérifier quand tous les résidants seront rentrés de vacances.

Étonnant comme le coeur de l'été se prête bien à ce type d'opérations délicates... • M'Baye Diouf et Mohamed Bousnane étaient injoignables, hier.

Source : La voix du Nord 

 

 

Commentaires  

 
+1 #4 Said 2011-07-29 16:04 il faut être honnête et lucide, nous musulmans en France, voulons nous des vrais mosquées pour prier dans des conditions dignes ou continuer à occuper des caves ? Citer
 
 
0 #3 Hûsam 2011-07-28 22:05 encore un coup bas à la communauté musulmane

ce n'est pas fini, ce n'est même qu'un début

mais la Oumma est dans un état de décrépitude avancée donc attendons nous au pire qui tous les jours se précise
Citer
 
 
0 #2 Adlane 2011-07-28 18:38 Cela se serait-il produit avec une église, un temple protestant ou une synagogue ?
Pas sûr.

@ Driss Radi
Comment peut-on aider ? Comptez-vous organiser une manifestation ou une action de protestation ?
Si oui, contactez-nous, il est intolérable que l'on nous renvoie prier "dans les caves" ou à plusieurs kilomètres de nos domiciles sans qu'une alternative viable n'ait été étudiée .

Nouvelle union française
www.nu-fr.org
Citer
 
 
0 #1 ahmad 2011-07-28 18:02 oui c'est douloureux, mais au moins ces autorités peuvent apporter la preuve que c'était pour une nécessite ou besoin ou gène. par contre, Gaddafi, Salah et Bachar sont en train de détruire des mosquées pour rien, tout simplement car les mosquées participent aux manifs…les occidentaux sont moins grave que vos propres présidents. Citer
 

Ajouter un Commentaire


Nous contacter

UAM93 
Union des Associations Musulmanes
de la Seine-Saint-Denis 
Adresse : 23, rue Edgar Degas
93600 Aulnay-sous-Bois 
Tél. : 06 19 89 93 74
Tél. : 06 01 99 34 57
Fax : 09 55 36 29 66
Mail : contact@uam93.com

Article en Rapport


Liens commerciaux

Chroniques