Lettre ouverte au Maire d'Epinay-sur-Seine
Écrit par Ilyess   
Mercredi, 03 Novembre 2010 16:47

Objet : de l'inutilité des "bons offices" du recteur de la mosquée de Paris           

Monsieur le Maire,

On assiste à une multiplication des conflits pour le contrôle des mosquées. Certaines de ces tensions sont médiatisées par des commentateurs qui ont tendance à expliquer la totalité de ces problèmes en opposant les "modérés" aux "radicaux". D'autres situations conflictuelles sont passées sous silence aussi bien par les chroniqueurs religieux que par ceux qui sont chargés des collectivités locales, malgré la vivacité des oppositions. Les uns et les autres sont persuadés de l'insuffisance de l'explication de ces crises par la sempiternelle opposition entre de prétendus "modérés" et de supposés "radicaux". Ils préfèrent écrire sur autre chose plutôt que de faire connaître les vraies raisons de ces conflits.

De nombreuses municipalités pratiquent un interventionnisme brutal en décidant d'imposer la tendance supposée servir les intérêts électoraux de la majorité municipale et qu'on baptise "modérée". Ces "politiques musulmanes" municipales ignorent à leur tour les vraies raisons des conflits pour se déterminer en fonction des estimations plus ou moins approximatives du "vote musulman" et du nombre d'électeurs islamophobes- de l'extrême droite, mais aussi d'un certain laïcisme combatif de gauche.

Or, les vraies raisons des tensions dans les mosquées ne sont pas difficiles à découvrir. Il y a d'un côté les tenants du statu-quo qui s'accommodent de l'opacité financière, refusent les règles élémentaires de la démocratie et acceptent une triple dépendance- financière, politique et théologique- en allant renforcer un des clans dont la laborieuse juxtaposition a donné, au bout de dix ans de manoeuvres, de marchandages, et de tractations diplomatiques le très officiel CFCM. Ce conseil aurait pu contribuer  à atténuer les tensions dans les mosquées. Mais aucune des commissions qu'il a créées n'a pu avoir un fonctionnement satisfaisant. Il aurait pu venir en aide sur le plan financier aux nouvelles mosquées par le biais de la "Fondation des Oeuvres de l'Islam" mise en place avec l'aide de Dominique de Villepin. Mais celle-ci est sabotée par ceux-là même qui l'ont créée, dont chacun essaie d'être le destinataire exclusif des dons: un avocat de la mosquée de Paris a lancé un "Fonds Social musulman", un de ses concurrents préside une association de "Waqf" (biens de main-morte) et un troisième s'agite pour dissuader les donateurs de verser leurs dons à la Fondation et les amener à financer un institut quasi-fictif qui est en fait une véritable "pompe-à-fric". Ces agissements des fondateurs du CFCM ont privé ce conseil de l'autorité morale qui lui aurait permis de devenir une instance arbitrale. 

En faisant appel à l'arbitrage du recteur de la mosquée de Paris pour trancher le conflit de celle d'Epinay, vous avez eu le mérite de renoncer aux interventionnismes que choisissent de nombreux autres maires en oubliant allègrement l'esprit et la lettre de la laïcité (séparant le politique et le religieux) uniquement quand il s'agit de l'Islam. Ce faisant, ces élus locaux restent inspirés par la laïcité coloniale (fondée sur le refus obstiné et durable d'appliquer la loi de 1905 à l'Islam) et feignent d'ignorer la véritable séparation du politique et du religieux impliquant la neutralité de l'administration vis-à-vis des religions. Tout en vous félicitant pour votre tentative de rupture avec ces dirigismes religieux, je me permets d'attirer votre attention sur les sérieuses difficultés qui empêchent le recteur de la mosquée de Paris d'offrir ses bons offices utilement. Sa surmédiatisation et sa préférence pour la fréquentation des politiques aux dépens de la participation au dialogue avec les responsables des autres religions amènent à surestimer ses possibilités et font oublier ses déficits de légitimité et sa très faible représentativité. Il ne faudrait pas perdre de vue que le recteur n'a pu présider le CFCM à deux reprises qu'en étant coopté à l'avance. Malgré les importants moyens financiers et administratifs mis à sa disposition par la partie du pouvoir algérien qui accepte de le maintenir en place, la mosquée de Paris a eu, aux deux premières élections du CFCM, des scores comparables à ceux de G. Schivardi. Le recteur n'est donc pas le mieux placé pour aider à choisir l'association la plus représentative. Sauf s'il s'agit pour la moins représentative des associations musulmanes d'Epinay de se faire admettre auprès de la mairie en négociant discrètement avec l'entourage du recteur une déclaration faisant d'elle la lus "modérée". En outre, les graves et gratuites accusations proférées publiquement par le recteur contre la totalité des imams qui ne dépendent pas de la mosquée de Paris (qui n'en avait que 53 sur 1800) ont laissé de profonds mauvais souvenirs. Par ailleurs, chacun sait que les conflits des mosquées locales n'intéressent celle de Paris que si ça lui fournit l'occasion d'implanter la Fédération qu'elle tente laborieusement de mettre en place depuis l'effondrement de ses listes aux élections du CFCM.

Est jugée "modérée" à l'avance par l'entourage du recteur toute association qui accepte d'adhérer à cette petite structure dont les membres du bureau, tous recrutés parmi la bureaucratie de la mosquée, sont cooptés et jamais élus. Est systématiquement accusé de "fondamentalisme" quiconque émet des objections sur cette singulière conception de la démocratie. Tous ces obstacles sont aggravés par la maigreur de la culture théologique du recteur, qui n'a jamais dirigé la prière collective, ni prononcé un sermon, pas même en français. Un texte rendu public par le frère du recteur a confirmé que celui-ci ne s'est jamais soucié d'améliorer ses connaissances religieuses. Il se contente d'un bagout religieux dont les journalistes eux-mêmes découvrent les limites. Cela le met dans l'impossibilité de faire accepter des compromis avec des arguments religieux, qui peuvent être convaincants avec les candidats à la gestion des mosquées désireux de vouer ces "maisons de Dieu" à la religion, en les mettant à l'abri des discordes nées de la pêche aux voix et des pratiques islamo-affairistes.

Pour être écouté par les nouveaux gestionnaires de lieux de culte, il faudrait une légitimité religieuse, une autorité morale et une autonomie vis-à-vis des fondamentalismes d'Etat qui furent admis à régenter l'Islam en France par des pouvoirs laïques quand leur "politique musulmane" se réduisait au tout-sécuritaire. Le recteur, malgré ses qualités humaines, ne remplit hélas aucun de ces critères et ces carences expliquent le désolant échec de sa mission de bons offices à Epinay.

Cela étant, votre recours à l'arbitrage d'une instance islamique demeure une bonne idée. Epinay pourrait devenir exemplaire, pourvu que l'instance arbitrale sollicitée ait les qualités requises. Il lui est possible de faire appel à un Comité de sages, connus pour leur impartialité, leur souci de dépasser les médiocres luttes de tendances et d'influence(à fondement financier ou à finalité politicienne, voire sécuritaire) et leur volonté de séparer l'islam et les Etats. On peut trouver ces sages dans la partie saine des CRCM, dont les membres ne se sont pas laissés griser par les audiences dans les ministères et les préfectures et ont pu rester proches des préoccupations des silencieux de "l'Eglise" musulmane. On en trouve aussi parmi les nombreux notables qui ont une audience auprès des fidèles du fait de leurs connaissances et de leur expérience, mais furent allègrement oubliés par les "organisateurs" de l'Islam qui ont cru devoir  réduire le problème de la légitimité religieuse à une prosaïque mesure de la superficie des lieux de culte.

Si je me suis permis de vous faire part de ces quelques réflexions, c'est parce que votre initiative me paraît digne d'intérêt et susceptible de marquer un tournant dans l'histoire des relations entre "le maire et la mosquée" (pour paraphraser le titre d'un livre courageux soulignant les ambiguïtés des "politiques musulmanes municipales). Je suis persuadé que si vous prenez suffisamment de précautions en allant au-delà des lieux communs de "l'Islam médian" (celui des médias), pour tenir compte des dernières évolutions du paysage islamique de France, vous obtiendrez des résultats susceptibles de rattraper le demi-échec (voire l'échec) du CFCM.
Veuillez agréer, Monsieur le Maire, l'expression de mes sentiments les meilleurs.        

Veuillez agréer, Monsieur le Maire, l'expression de mes sentiments les meilleurs.

Paris, le vendredi 5 novembre 2010
Sadek SELLAM. Historien de l'Islam contemporain

 

 

Commentaires  

 
0 #10 Farid d Epinay 2014-03-29 07:24 Salam,

Finalement le maire a été réélu, au premier tour!!!!

C'est que les citoyens l'apprécient!

Quant à nous autres mouslims il faut qu'on se mette d'accord!!!!!!!!!

Sadek Sélam islamo-patriote algérien ne doit parler qu'en son propre nom…il doit s'occuper des affaires de son pays…un territoire complètement à la dérive..
Citer
 
 
+7 #9 sharani 2010-11-21 00:07 salam ce que je veux dire c'est que l'article devrait aussi denoncé les gouvernement algerien et marocain qui veulent controler les mosquée de france faute de controler les musulmans de france et cela avec la benediction des autorités francaises.Et pour me répondre vous n'osez toujours pas accusé la volonté d'alger de recupéré les mosquée en france par concurrence avec nos freres marocains et la pression qu'exerce Alger sur la France pour la mise en place d'un nouveau recteur de la mosquée de paris ou de la presidence du CFCM. Mois je pense que les musulmans de France attendent des chancelleries et des representant musulmans de servir la communauté musulmane et pas les interet politique ou economique de qui que ce soit. Lorsque les etats deciderons de servir l'islam et les musulmans alors il n'y aura pas de raison de ne pas les soutenir mais pour l'instant ce n'est pas le cas. M. Sellam soyez un peu plus objectif dans vos analyses
Salam
Multi-citer Sadek SELLAM:
On sait que le CFCM est le fruit d'une concertation permanente avec les chancelleries. Je l'ai dit, brièvement, dans ma lettre. L'interventionnis me diplomatique qui était discret jusque-là, est devenu notoire quand l'ambassadeur du Maroc a demandé l'éviction de Béchari du CFCM et a rendu personnellement visite à d'autres "grands caïds" pour les amener a mettre fin à leurs relations avec lui. Il reste à en savoir plus sur les vraies raisons de l'éviction brutale de Béchari par ceux-là mêmes qui l'avaient imposé à A. Billon (le conseiller de Chevènement qui lui a proposé l'Istichara).
Béchari a déjà perdu le contrôle du projet de grande mosquée à Clichy-la-Garenne à la suite de la diversification des relations extérieures de la municipalité.
Quant à la création du RMF, constitué des associations qui quittèrent massivement la FNMF, elle a été décidée à…Marrakec h
Citer
 
 
+8 #8 shaarani 2010-11-19 14:37 Assalamou alaykoum

Votre intervention prouve encore que j'ai raison concernant votre position emprunte de nationalisme algerien car effectivement le Maroc intervient dans les affaires islamique de France (normal il y a plus de pratiquant chez nos freres marocains) mais savez vous que les deux presidence de dalil boubeker etait dû au gouvernement algerien qui voulait que cette presidence revienne a un algerien. Donc Nous musulmans je suis algerienne, considerons que les etats ne doivent pas intervenir dans la gestion des mosquée en france pas plus que l'etat francais. Alos m. sedakk denoncer aussi l'interventionnis me de l'Etat francais et algerien vous serez plus credible
Multi-citer Sadek SELLAM:
On sait que le CFCM est le fruit d'une concertation permanente avec les chancelleries. Je l'ai dit, brièvement, dans ma lettre. L'interventionnis me diplomatique qui était discret jusque-là, est devenu notoire quand l'ambassadeur du Maroc a demandé l'éviction de Béchari du CFCM et a rendu personnellement visite à d'autres "grands caïds" pour les amener a mettre fin à leurs relations avec lui. Il reste à en savoir plus sur les vraies raisons de l'éviction brutale de Béchari par ceux-là mêmes qui l'avaient imposé à A. Billon (le conseiller de Chevènement qui lui a proposé l'Istichara).
Béchari a déjà perdu le contrôle du projet de grande mosquée à Clichy-la-Garenne à la suite de la diversification des relations extérieures de la municipalité.
Quant à la création du RMF, constitué des associations qui quittèrent massivement la FNMF, elle a été décidée à…Marrakec h
Citer
 
 
-7 #7 Sadek SELLAM 2010-11-13 06:15 On sait que le CFCM est le fruit d'une concertation permanente avec les chancelleries. Je l'ai dit, brièvement, dans ma lettre. L'interventionnis me diplomatique qui était discret jusque-là, est devenu notoire quand l'ambassadeur du Maroc a demandé l'éviction de Béchari du CFCM et a rendu personnellement visite à d'autres "grands caïds" pour les amener a mettre fin à leurs relations avec lui. Il reste à en savoir plus sur les vraies raisons de l'éviction brutale de Béchari par ceux-là mêmes qui l'avaient imposé à A. Billon (le conseiller de Chevènement qui lui a proposé l'Istichara).
Béchari a déjà perdu le contrôle du projet de grande mosquée à Clichy-la-Garenne à la suite de la diversification des relations extérieures de la municipalité.
Quant à la création du RMF, constitué des associations qui quittèrent massivement la FNMF, elle a été décidée à…Marrakec h
Citer
 
 
+11 #6 sahrani 2010-11-08 20:28 Multi-citer shaarani:
assalamou alaykoum
Cet article serait vraiment impartial s'il accusait aussi le mauvais fonctionnement des instance de l'islam en France par l'interventionism e des chancelleries a la demande du pouvoir francais qui pour soumettre les mosquées et les musulmans de ce pays, fait appel au gouvernement des autres pays pour mater les musulmans.

J'attend aussi une reponse de sadek sellam concernant l'interventionnis me des chancellerie etrangère qui je pense inconsciement servent le pouvoir francais dans la gestion des mosquée un gouvernement qui préfére voir des mosquées algerienne marocaines turc pakistanaise vietnamienne etc… que des mosquée independante géré pour l'interet des musulmans de ce pays
Citer
 
 
+11 #5 salah 2010-11-07 15:24 Bizarre , Il n'y de conflit d'intérêt que dans les les mosquées.

Je n'ai jamais entendu parler de conflits ni chez le pharmacien du coin ni chez l'épicier.

Vous ne trouvez pas ça bizarre?

J'ai une réponse. Chaytane ne s’occupe que des musulmans. C'est juré non?

Un conseil, chers frères vous qui gérez des mosquées, comme vous affichez les

factures à payer, affichez les recettes et les relevés des comptes ce serait plus transparent.
Citer
 
 
+11 #4 shaarani 2010-11-06 23:43 assalamou alaykoum
Cet article serait vraiment impartial s'il accusait aussi le mauvais fonctionnement des instance de l'islam en France par l'interventionism e des chancelleries a la demande du pouvoir francais qui pour soumettre les mosquées et les musulmans de ce pays, fait appel au gouvernement des autres pays pour mater les musulmans.
Citer
 
 
+9 #3 Charles 2010-11-06 19:33 Il est temps pour les musulmans français de prendre les devants, et de ne plus se consacrer uniquement à des tentatives de ripostes !!!!
il faut aller de l'avant et penser à 2012!!! il faut que nous ayons d'ici-là un candidat qui ai sû obtenir nos faveurs, comme peut-etre Taubira!?
il faut interpeller les futurs candidats et négocier avec celui ou celle qui le méritera, notre soutiens en échange du respect des français musulmans!
la balle est dans notre camp, et il suffit juste que nous décelions celui ou celle qui nous conviendrait le mieux… et alors nous peserons de tout notre poids en sa faveur!
Nous en avons aujourd'hui les moyens! il faut juste trouver un candidat qui nous convienne !!!
moi je suis persuadé que Taubira est une candidate digne et qui sera la meilleure pour tous les opprimés! alors je demande à l'UAM93 de sonder les candidats et de nous proposer un candidat qui nous permette d'envisager un avenir meilleur…
Citer
 
 
-4 #2 Justine 2010-11-06 06:47 Assalâmou alaykoum wa rahmatoullâhi ta'alâ wa barakâtouhou,

Je salue le courage de cette missive.
Puisse-t-elle éveiller les consciences nobles !

Wa salâm
Citer
 
 
+5 #1 ALI14 2010-11-06 00:13 Historien de l'islam contemporain, nous qui ne n'avons de l'islam qu'une mytho-histoire pour reprendre le terme employé par feu mohamed arkoun. Monsieur Sellam,il serait de bon ton d'écrire une même lettre au responsable de l'uam 93 afin de pointer leur ingérence dans une affaire spinassienne.En agissant ainsi , vous offensez votre intelligence et finissez par la corrompre . Vous me rétorquerez alors que l'uam est représente la seine saint-denis et le maire pourra vous renvoyez que la mosquée de paris représente aussi à ses yeux la région ile de france.
Monsieur Sellam, utilisez donc votre raison pour apaiser et non attiser.
Citer
 

Ajouter un Commentaire


Nous contacter

UAM93 
Union des Associations Musulmanes
de la Seine-Saint-Denis 
Adresse : 23, rue Edgar Degas
93600 Aulnay-sous-Bois 
Tél. : 06 19 89 93 74
Tél. : 06 01 99 34 57
Fax : 09 55 36 29 66
Mail : contact@uam93.com

Article en Rapport


Liens commerciaux

Chroniques