Législatives 2012: la vie après la défaite
Écrit par Ilyess   
Vendredi, 31 Août 2012 13:34

Cinq députés de Seine-Saint-Denis — deux du Front de gauche, trois UMP — ont été battus le 17 juin. S’ils ont tourné la page, aucun ne veut renoncer à la politique.

Si le dimanche 17 juin a fait le bonheur de cinq nouveaux députés en Seine-Saint-Denis, les cinq battus ont dû, eux, apprendre à tourner la page. Plus de deux mois après leur défaite, Eric Raoult (UMP), Patrice Calméjane (UMP), Gérard Gaudron (UMP), Jean-Pierre Brard (Front de gauche) et Patrick Braouezec (FG) nous racontent leur nouvelle vie.

 


Eric Raoult cherche du travail

«Ancien ministre et ancien député prêt à donner des cours en fac ou faire du conseil en entreprise. » La formule sera probablement mieux tournée dans ses lettres de motivation, mais le fond reste le même : Eric Raoult cherche du travail. « Je trouve que le privé est un beau challenge, car j’ai déjà donné trente-cinq années de ma vie au service public.

La vie après la défaite  » En effet, sa fonction de maire du Raincy ne lui suffit pas. « J’ai beaucoup d’expérience en politique et sur le fonctionnement des collectivités territoriales, mais je suis également bon connaisseur de la situation au Proche et au Moyen-Orient. Bref, j’ai des compétences à revendre. » Quant à la politique, Eric Raoult n’y renonce pas. « Je me présenterai aux municipales en 2014 et pourquoi pas à un poste de conseiller général ou régional. Mais les législatives, c’est fini. » Il annonce également qu’il soutiendra Copé pour la présidence de l’UMP.

 


Jean-Pierre Brard veut récupérer Montreuil

Les législatives 2017? « J’aurais 69 ans, ce n’est pas raisonnable. En revanche, je suis en train de préparer un projet et monter une équipe pour les élections municipales de 2014. » Jean-Pierre Brard a beau avoir perdu ses deux mandats électifs (celui de maire en 2008 et celui de député en 2012), il n’entend pas abandonner la vie publique.

La vie après la défaite « Et puis, maintenant que j’ai du temps, je peux me consacrer à plein d’autres activités. » Il vient ainsi de coécrire un article dans le journal « l’Humanité » sur le 150e anniversaire de la publication des « Misérables », il va enrichir un livre qu’il a édité en février intitulé « Petit manuel pour comprendre la crise », il a été sollicité par le PC pour coordonner les groupes communistes ou assimilés au sein des différents parlements des pays européens. Bref, la retraite n’est pas pour tout de suite.

 


Patrice Calméjane se consacre à sa mairie

Le maire de Villemomble n’a pas arrêté son activité politique, loin s’en faut. « En vingt ans, c’est mon premier échec à une élection. Il fallait bien que ça arrive. Mais ça n’entame en rien ma volonté de poursuivre mon engagement. » D’ailleurs, il y a quelques semaines, il a déposé un recours contre l’élection de son adversaire, Elisabeth Pochon.

La vie après la défaite Dans un avenir proche, il va observer de près l’évolution de son parti qui se réunit en novembre, car il se verrait bien intégrer une ou deux commissions. « La défense ou les collectivités territoriales sont des domaines que je connais bien. » Plus localement, Patrice Calméjane préparera, dès le début de l’année prochaine, la bataille des municipales de 2014. Et, bien sûr, il espère prendre sa revanche aux législatives de 2017.

 


Gérard Gaudron vise 2014

«Je n’aime pas perdre. » Etourdi, mais pas assommé par ses défaites électorales, Gérard Gaudron n’a pas « du tout l’intention d’abandonner la ville d’Aulnay. » Après avoir perdu la mairie en 2008, puis son siège de député en juin, celui qui reste conseiller municipal d’opposition vise déjà les municipales de 2014.

La vie après la défaite Avec une « forte envie » d’occuper la tête de liste de la droite, « mais, pour l’instant, nous n’en avons pas encore discuté ». Dès septembre, le sexagénaire compte donc faire valoir ses droits à la retraite pour consacrer tout son temps à l’activité militante et associative à Aulnay. On l’entendra, promet-il, sur le dossier brûlant de PSA, sur l’urbanisme local. Il sera aussi très actif dans la préparation des élections internes de l’UMP, pour lesquelles il soutient la candidature de Jean-François Copé.

 


Patrick Braouezec ne s’ennuie pas

«J’essaie de prendre de la hauteur », sourit-il. Battu sèchement par son rival socialiste, Mathieu Hanotin — sa première défaite électorale depuis 1983 —, dans un climat délétère, l’ancien maire de Saint-Denis revient d’une randonnée sur les cimes des Pyrénées, après un passage par les JO de Londres en sa qualité de président de la Fondation du football.

Ses deux autres mandats ne lui ont guère laissé le temps de gamberger. Le président de Paris Métropole (jusqu’en décembre) a rencontré les ministres du Logement et de la Ville et verra bientôt la ministre de la Réforme de l’Etat, « pour voir comment on inscrit le Grand Paris dans la réforme de la décentralisation et qui gouverne. Mais comptez sur moi pour fustiger le gouvernement s’il déçoit ». Le président de Plaine Commune reste aussi combatif pour conserver la communauté d’agglomération en 2014.

Source : Le Parisien

 

 

Ajouter un Commentaire


Nous contacter

UAM93 
Union des Associations Musulmanes
de la Seine-Saint-Denis 
Adresse : 23, rue Edgar Degas
93600 Aulnay-sous-Bois 
Tél. : 06 19 89 93 74
Tél. : 06 01 99 34 57
Fax : 09 55 36 29 66
Mail : contact@uam93.com

Article en Rapport


Liens commerciaux

Chroniques