Le communautarisme positif
Écrit par Ilyess   
Lundi, 21 Juin 2010 15:36

Consciemment ou pas, volontairement ou pas, nous faisons forcément partie de plusieurs communautés (1) ne serais-ce que par la nationalité, la couleur de peau, la langue, le handicap, l’âge, l’activité ou pas, la sensibilité politique, les hobbies, l’orientation sexuelle, la religion ou l’absence de religion, et j’en passe. A titre d’exemple, on peut tout à la fois appartenir aux communautés française, noire, francophone, des non-voyants, des seniors, des retraités, écologiste, philatéliste, hétérosexuelle et juive, entre autres. Le nationalisme, même français, n’est qu’un communautarisme discriminatoire qui consiste à faire prévaloir des intérêts égoïstes sur ceux d’autres communautés, fussent-elles européennes ou internationales. Pourtant, il n’y a aucune gloire à tirer des accidents de la nature, comme la race ou la nationalité, et les nantis ne devraient pas la ramener outre mesure. N’importe quel communautarisme choisi (2) a cette supériorité sur le communautarisme subi que les convictions et les engagements qui en découlent sont autrement plus révélateurs de l’altruisme ou de la médiocrité humaine.

Pour ceux qui se considèrent comme les maîtres de l’Hexagone, toute velléité communautariste est immédiatement perçue comme une contestation de suprématie et est inévitablement réprimée comme du vulgaire gangstérisme. Pour éliminer toute concurrence culturelle et cultuelle, il leur faut à n’importe quel prix accélérer l’intégration (3) des communautés issues de l’immigration. Pour ce faire, à court d’imagination, les inefficaces « politiques de la ville en faveur des banlieues » (4) ont fini par préconiser un méchant nettoyage des « quartiers » au « karcher » et au « tazer ». Et pour donner l’illusion aux jeunes et moins jeunes des banlieues qu’ils pourront accéder au gâteau républicain, à condition naturellement d’occulter leurs traditions, de nouveaux leurres comme « l’égalité des chances » et « la discrimination positive » ont fait leur apparition dans le « démagoland » (5). Néanmoins, il faut se rendre à l’évidence qu’aucun quota de « minorités visibles » et aucun « CV anonyme », ne pourront influer sur les racismes et les xénophobies tant que ces derniers seront entretenues en haut lieu à des fins électoralistes, par le truchement des commissions « burqa » ou « identité nationale ».

Les pseudos démocrates républicains bon teint font mine de s’offusquer, en opposant des modèles étrangers à connotation islamique, mais ils ne cherchent le plus souvent que des prétextes pour agir à l’identique au lieu de montrer l’exemple. Quand bien même leur communautarisme identitaire négatif les incite invariablement à traquer, stigmatiser et condamner arbitrairement tout particularisme, à s’adonner aux provocations haineuses (de type caricatures ou « apéros saucisson et pinard »), à injurier et insulter leurs contradicteurs, jusqu’à profaner les sépultures et les lieux de culte, le communautarisme positif islamique (6) doit affirmer sa différence par une tolérance accrue envers les autres communautés en respectant totalement leurs spécificités (7). Rien n’empêche d’entretenir de bons rapports et d’être ami avec ceux qui ne partagent pas nos convictions, du moment qu’ils sont sincères envers nous et ne cherchent pas à nous faire du tort ou à nous éloigner de notre foi (8). La positive attitude, quoi !

Daniel Youssof Leclercq

1- « Nulle bête marchant sur terre, nul oiseau volant de ses ailes, qui ne soit comme vous en communauté. (Coran 6 :38) « Si Dieu avait voulu, certes Il aurait fait de vous une seule communauté. Mais non. Afin de vous éprouver en ce qu'Il vous donne. Concurrencez donc dans les bonnes oeuvre : vers Dieu est votre retour à tous; puis Il vous informera de ce en quoi vous divergiez ». (Coran 5 :48)
2- Parfaitement illustré par les choix politiques ou religieux.
3- En fait, la France laïque ne jure que par l’assimilation, le clonage idéologique et la stigmatisation communautaire alors que la plupart des pays du monde ont opté pour l’intégration en douceur, l’autonomie et la cohabitation des communautés.
4- Surtout quand on les confie à une féministe renégate, inculte et revancharde qui ne pense qu’à castrer de l’islamiste.
5- Autrement dit le pays de la démagogie.
6- « Que soit, parmi vous une communauté qui appelle au bien, ordonne le convenable, et interdise le blâmable. Car les voilà les gagnants. » (Coran 3 :104). « Et c’est ainsi que Nous avons fait de vous une communauté de juste milieu, pour que vous soyez témoins contre les gens, et le Messager témoin contre vous. » (Coran 2 :143).
7- « `Abderrahman-ben-Abou-Laïla a dit : "Sahl-ben-Honaïf et Qaïsben-Sa`d étaient un jour assis à El-Qâdisiyya lorsqu'un convoi funèbre vint à passer près d'eux. Comme ils s'étaient levés, on leur dit : "C'est le convoi d'un homme du pays, c'est-à-dire un protégé (un Juif ou un Chrétien). - Le Prophète, répondirent-ils, se leva un jour devant un convoi funèbre, et, comme on lui faisait remarquer que c'était celui d'un Juif, il répliqua : "N'est-ce donc pas une âme ! " » (Sahih Al Boukhary 23/50/2)
8- « Il se peut que Dieu assigne de l'amitié entre vous et ceux des leurs que vous aviez pour ennemis. Et Dieu est capable, et Dieu est pardonneur, miséricordieux. Dieu ne vous empêche pas, à l'égard de ceux qui ne vous ont pas combattus pour la religion et ne vous ont pas chassés de vos demeures, de leur faire la charité et d'être, envers eux, à la balance. Oui, Dieu aime ceux qui traitent à la balance. Rien d'autre : Dieu vous empêche, à l'égard de ceux qui vous ont combattus pour la religion et chassés de vos demeures et ont prêté leurs dos à votre expulsion, de les prendre pour patrons. Et ceux qui les prennent pour patrons, alors c'est eux les prévaricateurs. » (Coran 60 :7-9) 

 

 

Commentaires  

 
+2 #2 Mahmoud 2010-06-22 11:31 Bonjour,

Le terme communautarisme est par définition négatif et jamais "positif" car il exprime l'idée de l'entre-soi, le reclus, l'exclusivisme de sa vérité, l'enfermement dans son propre univers de référence et plus gravement il se définit en opposition avec tout ce qui n'est pas soi.

Plutôt que de chercher à réhabiliter ou à discuter un concept impropre qui a une connotation négative et un sens péjoratif bien précis, contraire aux valeurs d'ouverture et de dialogue. Je vous invite cher monsieur, notamment lorsque je lis le propos de votre article, à utiliser le terme d'expression communautaire, ou de sentiment communautaire qui somme toute est tout à fait légitime et normal.

Fraternellement ,

Mahmoud
Citer
 
 
+4 #1 baraa 2010-06-22 10:46 Effectivement, le mot à connotation positive de Comm-un-auté (regroupement convergeant vers un rapprochement tendant vers l'unité) a été dévoyé pour ne plus signifier dans les faits que groupe ethnique ou groupe ethno-religieux (ritualisé). La communauté est le regroupement d'individus dans une collectivité de principes et de convictions, ce qui est positif dans la mesure où ces derniers ne s'opposent aux autres mais cherchent à proposer à tous les humains des principes de vie créatifs. Dans la liste des communautés citées plus haut, il en manque une fondamentale qu'on cherche à camoufler de nos jours soit parce qu'elle regroupe des individus influents mais qui veulent rester discrets, soit parce qu'elle regroupe des masses dont on ne veut pas qu'elles se regroupent en associant toutes les communautés créatives de chaque société : c'est la communauté de classe. Réalité à prendre en compte dans toute stratégie de promotion de la justice et de la vérité Citer
 

Ajouter un Commentaire


Nous contacter

UAM93 
Union des Associations Musulmanes
de la Seine-Saint-Denis 
Adresse : 23, rue Edgar Degas
93600 Aulnay-sous-Bois 
Tél. : 06 19 89 93 74
Tél. : 06 01 99 34 57
Fax : 09 55 36 29 66
Mail : contact@uam93.com

Article en Rapport


Liens commerciaux

Chroniques