L’algéro-dépendance du football français
Écrit par Ilyess   
Lundi, 28 Juin 2010 16:46

Le rideau du Mondial 2010 vient de tomber sur la calamiteuse pièce théâtrale de l’équipe de France. L’abominable Raymond Domenech a réussi sa «double mission»: écarter la génération Benzema et humilier la France au Mondial 2010, à défaut de l’avoir disqualifiée.

C’est la feuille de route secrète que lui avaient tracé les barons de la FFF derrière laquelle se cachent de puissants lobbies. Le fait que l’après Domenech soit maintenant géré au plus haut niveau de l’Etat prouve l’importance de la nouvelle option politique qu’on veut impulser à la gestion du football.

Dès la fin du deuxième match contre le Mexique, un «média-planning» stigmatise Nicolas Anelka comme le bouc émissaire du fiasco. Des «chroniques éditoriales» déjà élaborées par des philosophes, qui ne connaissent rien au football, dénoncent des «voyous milliardaires», des «caïds de banlieues» et appellent à une «épuration ethnique et religieuse» de l’équipe de France.

Voilà donc le véritable objectif du fiasco annoncé de Domenech: nettoyer la sélection nationale de ses immigrés, africains et musulmans. Protéger des «gamins apeurés par ces caïds immatures» a clamé la ministre des sports au parlement français, dès le lendemain de l’élimination.

Le complot est donc vite éventé, mais sera difficilement réalisable. C’est tout comme si on voulait «blanchir» la NBA, championnat de basket-ball américain.

D’une part, l’opinion publique, qui a vécu l’épopée Zidane, n’est pas dupe. D’autre part, pour réaliser cet objectif macabre, il faudra d’abord passer sur le corps des professionnels qui savent pertinemment ce qu’eux-mêmes et le football français doivent à tous ces enfants d’immigrés, et particulièrement les algériens.

Aimé Jacquet et Jean-Michel Larqué ont côtoyé à Saint-Etienne, dans les années 50 et 60, Rachid Mekhloufi et le citent comme leur maître. Luis Fernandez et Roland Courbis ont côtoyé, dans les années 70 et 80, Mustapha Dahleb. Et toute la génération dorée du Mondial 98 sait à quel point elle doit sa notoriété au génie de Zinedine Zidane.

Pour les puristes du football, les Mekhloufi, Dahleb, Zidane sont pour une équipe une pièce maîtresse de très haute qualité comme peut l’être un vilebrequin dans un moteur: le rouage essentiel qui rythme le fonctionnement de tous les éléments de la machine, le maître du jeu.

Plusieurs joueurs algériens ont joué ce rôle dans leurs équipes, comme Farès Bousdira à Lens (1971-1978) ou Omar Sahnoun champion de France avec Nantes en 1977. Ali Benarbia avait lancé la carrière de David Trézeguet et Thierry Henri en leur distribuant des caviars les «yeux fermés» à Monaco, avec qui il fut champion de France en 1997, puis avec Bordeaux en 1999.

L’exemple le plus significatif est celui de Guy Roux, grand dénicheur de talents, qui a découvert et lancé un grand nombre de joueurs prestigieux. Il a dirigé l’AJ Auxerre sans discontinuer durant 36 ans de 1964 à 2000, mais les seuls titres qu’il a gagnés l’ont été grâce à Moussa Saib, qu’il fit venir de la JS Kabylie (1992-1997). Associé au milieu du terrain avec le tunisien Sabri Lamouchi, Saib offrit à Auxerre la Coupe de France 94, le doublé Coupe Championnat en 96, tout en atteignant une demi-finale de Coupe d’Europe en 93, et deux quarts de finale en 95 et 97.

Depuis plusieurs années, pratiquement toutes les équipes françaises du plus bas niveau amateur des championnats de district au plus haut niveau des championnats professionnels ont puisé dans la pépinière des meneurs de jeu algériens.

La technique à la brésilienne des enfants algériens fait le bonheur des entraîneurs des équipes de jeunes, avant de se faire, année après année, saboter et éliminer quand ils arrivent dans des équipes adultes d’où ne peuvent émerger que les plus protégés et les plus solides mentalement.

Zinedine Zidane a eu cette chance d’avoir été protégé par des «anges gardiens» qui l’ont sorti de sa banlieue de Marseille pour le placer dans une famille d’accueil à Cannes d’où il a émergé dès l’âge de 17 ans. Pétri de talent, Zidane a même bénéficié d’une composition d’équipe spécialement adaptée par Aimé Jacquet, en 4-3-1-2, avec trois demi défensifs derrière lui, au lieu d’un seul.

La formidable réussite de Zizou a encouragé la propulsion d’une plus grande quantité de maghrébins dans les clubs de haut niveau, dont les chefs de file sont Samir Nasri et Karim Benzema, qui ont marqué les esprits dès leur première apparition en bleu et provoqué des jalousies et des crises de concurrence.

Joueurs, dirigeants et journalistes qui ont vécu dans l’ombre du géant Zinedine Zidane durant une décennie, n’ont pas voulu recommencer une nouvelle décennie dans l’ombre de Karim Benzema… Ni redonner à un autre algérien l’opportunité d’utiliser le maillot bleu comme tremplin de sa propre promotion internationale, ni celle de son pays d’origine.

Un impressionnant bras de fer a été engagé depuis 2008 entre la génération 98 et les caciques de la fédération autour de la prise du pouvoir au sein des instances fédérales et de la DTN. Malheureusement des forces occultes veulent entraver le dénouement prévisible de cet affrontement au-dessus duquel rode l’ombre de Zinedine Zidane.

C’est sur le terrain que se joue la grandeur d’une équipe en laissant libre cours aux professionnels et l’éclosion des talents... sans ségrégation sur leurs origines ethniques ou religieuses. Dans le cas contraire, l’équipe de France retombera dans l’anonymat.

Saâd Lounès


 
 

 

 

Commentaires  

 
0 #4 muslimaub 2011-12-20 19:49 heureusement qu il y a des journalistes,de s personnes pour parler de l apport de l immigration arabo-musulmane,speci fiquement algerienne !
si on devait attendre,se contenter de la "verité" officielle emise par les medias traditionnels et enracinés dans leurs convictions,on entendrait qu une version de l histoire et on louerait a longueur de temps la France,sans l apport des immigrés.
a l attention des "jeff" et cie,on entend deja assez a longueur de journee des torrents d insultes,de caricatures envers les musulmans,pour ne pas avoir le droit de rehausser notre honneur,sur un site communautaire de temps a autre?
vous ne pouvez pas demander a des jeunes d aimer la France,alors qu elle les meprise.meme si je suis cependant d accord quand il faut denoncer la victimisation,t entation a laquelle ne doivent pas ceder les musulmans.
enfin,pour revenir au football,oui un pays comme l Algerie a fournit des joueurs de qualités,une generation de talents dont s est privé volontairement Domenech en 2010.
Citer
 
 
+2 #3 Jeff 2010-06-30 11:27 Pourquoi tant de racisme? on est tous français. faudrait penser à arreter de voir les beurs comme tels pour au moins montrer l'exemple à ceux que vous appeler raciste.

Il me semble que les 3 "algériens" comme vous dites n'ont pas été retenus parcequ'ils n'arrivaient pas à s'intégrer dans l'équipe ( comme bcp d'algériens en France).

Se poser en victimes toujours sans chercher des raisons , rejeter sur l'autre la propre faute du joueur est un peu trop répandu …

Pour ma part j'ai entendu pas mal de joueur franco-algérien dire que leur pays de coeur était l'Algérie. A partir de là je ne vois pas pourquoi on devrait les sélectionner. Je préfère une équipe qui porte son pays et qui perd plutot que l'inverse.

Quant à défendre Anelka parcequ'il est musulman, on voit encore ici votre communautarisme . Vous défendez d'abord les votres avant la recherche de la vérité. La république une et indivisble à des soucis à se faire.

C'est comme le parti pris des arabes et des jufis en France sur Israel-Palestine : c'est avant tout des regroupements ethniques et donc racistes ! c'est l'Oumma avant tout pour les arabes de France, idem pour les juifs. Ce racisme n'est jamais dénoncé.

D'ailleurs pour montrer que ca se passe très mal entre noir et arabes en équipe de France, revenons un peu en arrière:

www.dailymotion.com/video/xdr794_abou-diaby-et-ben-harfa-veulent-se_sport

ps: on a jamais dit de Platini, ou d'autres immigrés, que c'était un apport de l'Italie à l'équipe de France. Il était français, et à la différence des joueurs actuels ou meme de Zidane, on ne l'a jamais vu avec un drapeau algérien.
Citer
 
 
0 #2 amin1974 2010-06-30 10:08 Sincèrement en lisant l'article…j'ai cru un instant que l'Algérie c’était le Brésil…

Je pense que le football français a toujours été représenté par des français issue de l'immigration qui ne se résume pas uniquement a l'Algérie.

Drogba aurait pu jouer en équipe de France comme une bonne partie de l’équipe d'Algérie qui est essentiellement issue de l'immigration.

Si ca continue comme ca je conseille a BENZEMA, NASRI, BEN ARFA et consort d'aller jouer dans leur pays d’origine. Au moins on les respectera et appréciera…DROGBA et CHAMAKH ont fait le bon choix, et leur pays d'origine le leur rend bien.

La France devrait déjà commencer a essayer de mettre des sélectionneurs issus de l’immigration ou des DOM TOM, a mon avis c’est pas demain la veille. Quand Domenech a été choisi je pense qu’ils auraient du prendre Jean Tigana..Pourquoi ils ne l’ont pas pris, Jai ma petite idée la dessus.
Citer
 
 
0 #1 Benchenaa 2010-06-29 11:26 Bonjour,

Merci pour ce rappel de l'histoire des footballeurs Algériens en France. L'égo surdimentionné de l'incapable Domenech lui a fait oublier que Zidane et les autres Algériens n'été plus là. Le resultat n'est que le châtiment suprême de ce primitif du football Français.
Citer
 

Ajouter un Commentaire


Nous contacter

UAM93 
Union des Associations Musulmanes
de la Seine-Saint-Denis 
Adresse : 23, rue Edgar Degas
93600 Aulnay-sous-Bois 
Tél. : 06 19 89 93 74
Tél. : 06 01 99 34 57
Fax : 09 55 36 29 66
Mail : contact@uam93.com

Liens commerciaux

Chroniques