La face cachée de la loi sur l’interdiction de la burqa en France
Écrit par Ilyess   
Dimanche, 18 Juillet 2010 02:11

La question de la burqa était un vrai faux problème. C'est l'Occident et en particulier la France qui est entrain d'en faire un très sérieux problème sur la base d'une islamophobie au début rampante mais aujourd'hui debout, en marche et sans voile pour des raisons à la fois géopolitique et stratégique, culturelle et sociale. Cela est le meilleur des cadeaux que les politiciens dans leur récurrente hypocrisie, sont entrain de faire à l'islam dit intégriste (dont la base sociale s'est grandement élargie en tant que tribune et machine d'expressions et d'actions violentes et populaires de résistance aux « envahisseurs mécréants » qui mettent à feu et à sang l'Iraq, menacent l'Iran, tout en déséquilibrant dans le sens de leurs intérêts au moins, toute la zone du proche et du moyen orient.)

Le peuple français ne sait pas en général qu'il a été voté le 23 juin 2010 à Strasbourg, une résolution au sujet de la lutte contre l'islamisme et l'islamophobie. De ce fait, il était recommandé de ne pas recourir à l'interdiction intégrale du port du voile du fait que: "L’interdiction générale du port de la burqa et du niqab dénierait aux femmes qui le souhaitent librement le droit de couvrir leur visage". La résolution a été adoptée par 108 voix, avec celles des députés européens Français à l'unanimité. Pourtant, ce sont les mêmes qui, à l'Assemblée nationale en France, votaient le contraire, sans état d'âme, le 13 juillet 2010 et ce, sur le même sujet!

La loi contre la burqa est une campagne antidémocratique visant à nier les droits de l'infime minorité de femmes musulmanes. Sinon comment comprendre le vote de cette loi liberticide consistant à interdire une conduite religieuse personnelle et attiser le feu du racisme anti-musulman par l'installation d'un climat délétère et fascisant? Comment ne pas faire le lien avec la montée de l'inquiétante haine anti-musulmane au sommet même de l'appareil d'État et dans certains milieux populaires au moment où la France étend ses interventions guerrières et meurtrières (au prix de la vie de ses propres fils) aux côtés de ses alliés européens dans le monde musulman afin d'appuyer l'occupation néocolonialiste américaine au moins en Afghanistan? Qu'est ce qui expliquerait qu'il n'est question que de la burqa dont le port est pourtant très marginal en France, comme si dans chaque coin de rue, il n'y aurait que des femmes au « visage grillagé »?

Sous le voile des mensonges et de la confusion, les politiciens prétextant la défense des droits des femmes (qui sont d'ailleurs loin d'être aux normes en France) ont fait un bruit médiatique tel qu'il n'a pas été difficile de mettre hors-la loi la burqa sur fond d'une attaque frontale et brutale contre la croyance religieuse musulmane en particulier.

Fidèle aux véritables valeurs républicaines, le succulent bréviaire d'Henri Pena-Ruiz (« Qu'est-ce que la laïcité ? », Folio, 2003 ) rappelle tout le monde aux fondamentaux: « Certains hommes croient en un dieu ; d'autres en plusieurs ; d'autres encore sont athées ou agnostiques. Tous ont à vivre ensemble. Cette vie commune, selon la première Déclaration des droits de l'homme, doit assurer à chacun et la liberté de conscience, qui exclut toute contrainte religieuse ou idéologique, et l'égalité de droit, incompatible avec la valorisation privilégiée d'une croyance. La puissance publique promeut le bien commun. Elle devra donc être neutre sur le plan confessionnel et développer, par l'instruction, l'exercice autonome du jugement. Afin que tous apprennent à vivre leurs convictions sans fanatisme ni intolérance. Ainsi comprise, la laïcité n'est pas de l'ordre d'une option spirituelle particulière, mais constitue une condition de possibilité fondamentale de la vie publique. On ne saurait en conséquence la renégocier sans cesse, notamment au gré des fluctuations du paysage religieux et des rapports de forces qui les sous-tendent qu'il juge contraire à ses intérêts » Il apparaît que cibler les musulmans de France pour leur conduite personnelle est une violation manifeste du substrat de la laïcité.

Dans ce concert politicien où la classe politique se drape d'une burqa consensuelle pour danser, il serait irresponsable de faire l'impasse sur le jeu de M. André Guérin, l'activiste en chef de cette loi. Ce député communiste éclectique qui défend la droite et s'attaque aux travailleurs pauvres (français et immigrés) n'avait-il pas écrit dans son livre publié en 2005, « Les Ghettos de la République », préfacé par M. Éric Raoult, ancien Ministre de droite (comme par hasard): « Pour ma part, je prends peu à peu conscience de l'étendue du problème. Il s'agit de différences de modes de vie, de différences culturelles entre le monde judéo-chrétien et le monde islamique. » N'est-ce pas encore lui qui, le 5 octobre 2007, dans une interview accordée à « Riposte laïque », indexait les immigrés comme étant les « familles qui posent problème »? Ce monsieur habillé du niqab pirate du communisme affirmait sans sourciller: « Voilà des années que je pose cette question au préfet et au procureur : faites partir ces familles pour le bien de tous, et si elles sont étrangères, n'hésitez pas à les expulser. Je suis en effet pour des méthodes radicales, fortes qui donnent l'exemple. » Quel drôle de coco, ce mec!...

Pour une fois, nous faisons nôtre la critique du porte-parole du département d'État des États-Unis qui, exprimant son désaccord sur le projet de texte français contre le port du voile intégral, s'inquiétait : «Nous ne pensons pas qu'il faille légiférer sur ce que les gens ont le droit, ou pas, de porter en fonction de leurs croyances religieuses». Oui l'heure n'est pas de savoir quoi porter en fonction de sa foi. Elle appelle plutôt de trouver une solution urgente à cette crise aiguë qui aggrave la pauvreté et le désarroi et engendre l'exclusion et l'intolérance, le racisme et la division dans le camp des travailleurs.

Fait à Paris le 17 juillet 2010
Sékou DIABATÉ
Président de la Coordination des Associations des Sénégalais de l'Extérieur
Coordinateur du Rassemblement de la Diaspora Africaine 

 

 

Ajouter un Commentaire


Nous contacter

UAM93 
Union des Associations Musulmanes
de la Seine-Saint-Denis 
Adresse : 23, rue Edgar Degas
93600 Aulnay-sous-Bois 
Tél. : 06 19 89 93 74
Tél. : 06 01 99 34 57
Fax : 09 55 36 29 66
Mail : contact@uam93.com

Article en Rapport


Liens commerciaux

Chroniques