Harcèlement et machisme : l'islam comme bouc-émissaire
Écrit par Stéphanie   
Dimanche, 05 Août 2012 16:03

Depuis qu'une vidéo de Sofie Peeters qui a fait le tour des réseaux sociaux, les médias se sont emparés du débat sur le harcèlement de rue. Mais celui-ci en masque un autre, tout aussi polémique : la stigmatisation des musulmans comme seuls responsables de ce phénomène. Rémy Demichelis, étudiant en journalisme, n'hésite pas à démonter ce cliché.

JavaScript est désactivé!
Pour afficher ce contenu, vous devez utiliser un navigateur compatible avec JavaScript.

Les commentaires de certains articles sur le web ont tellement été pollués d'interventions ouvertement racistes que des sites ont été contraints de suspendre les commentaires.

Non seulement la vidéo montre essentiellement des personnes bronzées avec un accent du bled, mais en plus, beaucoup de chroniqueurs, comme Dom B. du Plus reprennent des exemples provenant de pays musulmans.

Je n'ai pu m'empêcher moi-même de penser à cet extrait de "Persepolis" :

JavaScript est désactivé!
Pour afficher ce contenu, vous devez utiliser un navigateur compatible avec JavaScript.

Oui, c'est un problème de culture

C'est un peu facile et faire preuve de fainéantise intellectuelle que de se tourner vers ces exemples, comme si le problème pouvait être immédiatement axé sur l'immigration, comme si le problème c'était leur culture. Oui c'est un problème de culture, mais quelle culture ? Pourquoi nécessairement la leur ?

Le bouc-émissaire est encore trouvé en moins de temps qu'il ne faut pour dire "islam". Alors disons-le : oui, c'est un problème de culture, mais de notre culture, pas de la leur. Le harcèlement de rue n'est rien d'autre que le fruit, ou plutôt le pourrissement, d'une permissivité qui existe dans notre culture.

Les Américains n'ont pas hésité à légiférer

J'ai eu l'occasion de travailler avec des Américains, et a fortiori des Américaines, qui s'habillaient court, tellement court que n'importe quel garçon en provenance du nord de la Loire se serait senti mal à l'aise à force de voir ces jambes dénudées jusqu'en haut des cuisses. Quand l'administration du campus sur lequel je travaillais nous a accueilli, la question a été très claire : "Une année, un étudiant étranger a fait des commentaires à une fille sur ses jambes, on l'a rappelé à l'ordre et on lui a expliqué que cela pouvait être considéré comme du harcèlement sexuel."

Le puritanisme américain nous fait beaucoup rire, mais la loi a le mérite d'être très claire sur le sujet, et contrairement à ce que beaucoup pourraient penser, cela détend les relations professionnelles. Les éventuels "relous" connaissent la limite à ne pas dépasser, et au final, on ne fait même plus attention à ces tenues "inhabituelles", surtout qu'elles respectent la pudeur.

Inégalités dans les traitements

Creusez un peu dans votre mémoire, dans vos souvenirs de discussions entre amis. Combien de fois ne vous êtes-vous pas surpris à entendre ou dire "les Anglaises/Américaines/Suédoises, que-sais-je-encore, s'habillent comme des salopes". On peut dire "vulgaire", c'est une question de goût.

Personne ne dira d'un mec en marcel, ou qui exhibe sa toison ventrale que c'est un "mec-qui-aime-la-chatte-beaucoup-beaucoup-comme-un-gros-porc-tellement-que-ça-en-devient-malsain", excusez ce néologisme, mais il n'existe pas d'équivalent masculin pour "salope". Il y aurait peut-être "pervers". Encore faut-il que cet homme n'ajoute pas à son comportement un regard lubrique qui louche sur une fille qui n'a rien demandé au point que ça l’emmerde, car dans le terme de "salope", la "salope" n'a même pas besoin de regard lubrique pour être traitée comme telle.

Bien sûr, je suis dans le contexte de la rue. Libre à vous de traiter de tous les noms d'oiseaux les personnes de votre entourage dans un climat de tension !

Le débat sur la religion masque les vrais problèmes

Alors, sommes-nous seuls à blâmer, nous hommes, est-ce qu'il n'y a pas une part de responsabilité de l'islam quand même ? La condition de la femme dans les pays musulmans est une chose, celle dans nos contrées en est une autre. Pourquoi les étudiantes américaines que j'ai ensuite vues en France se plaignaient du comportement des garçons, alors qu'elles n'avaient pas à s'en plaindre dans leur pays ? Il y a pourtant des musulmans aux États-Unis.

Centrer le débat sur la religion, c'est ignorer que les milieux populaires (dont il est en fait question dans la vidéo de Sofie Peeters) ne font qu'exacerber ce qui est sous-jacent dans une société, que ce soit par l'attrait vers des produits de consommation de luxe, ou part la reproduction d'un rapport de force.

La seule réponse à apporter à ce genre de problème, c'est une loi claire et ferme, quitte à être un ayatollah du féminisme.

Source : NouvelObs

 

 

Commentaires  

 
0 #2 maamar 2012-08-07 11:21 Sallam :
des videos qui ne devraint pas etre diffusées en plein de mois de ramadhan, on a une confiance sur le site et on regard tous ce qui est diffusé,
Citer
 
 
0 #1 amina 2012-08-06 13:53 Très interessant mais je ne vois pas bien le rapport avec l'Islam et les musulmans ! Citer
 

Ajouter un Commentaire


Nous contacter

UAM93 
Union des Associations Musulmanes
de la Seine-Saint-Denis 
Adresse : 23, rue Edgar Degas
93600 Aulnay-sous-Bois 
Tél. : 06 19 89 93 74
Tél. : 06 01 99 34 57
Fax : 09 55 36 29 66
Mail : contact@uam93.com

Article en Rapport


Liens commerciaux

Chroniques