État d'urgence pour l'islam de France
Écrit par Ilyess   
Dimanche, 03 Janvier 2016 17:55

La première réponse aux attentats du 13 novembre a été sécuritaire. Pour l'instant, une quasi unanimité s'est faite autour de ces mesures, et c'est normal : la France est en état de choc. Mais, il ne faut pas croire que la seule réponse sécuritaire suffira. Il faut réussir à inventer enfin un islam français, en sortant l'islam en France d'une double tutelle : celle des États étrangers (en premier lieu le Maroc, l'Algérie et la Turquie et en deuxième lieu et plus indirectement l'Arabie saoudite et le Qatar) qui l'organisent et le financent ; celle des idéologies étrangères (celle des Frères Musulmans, celle des salafistes, celle des wahhabites) qui ont lentement imprégné le tissu musulman français jusqu'à devenir aujourd'hui envahissantes. Et, pour réussir, il faut éviter l'eau tiède.

Le financement a longtemps été le principal écueil. Les musulmans de France étaient pauvres. Comment les faire contribuer par exemple à la construction de mosquées ? Depuis vingt ans, la situation a changé : les musulmans de France se sont enrichis, ce que l'on voit dans les chiffres de la consommation, par exemple de produits halal qui représentent aujourd'hui un marché estimé à 6 milliards d'euros environ. Taxer les produits halal, c'est la meilleure solution. Et puisqu'on n'arrive pas à le faire à la production (il y a une taxe à l'abattage qui profite aujourd'hui à trois mosquées seulement, toutes liées à l'Algérie et au Maroc), faisons-le à la consommation en instaurant à l'achat une taxe de 1 % sur tous les produits estampillés «halal» : 60 millions d'euros par an pourraient ainsi financer un islam français.

Le produit de cette taxe n'irait pas au CFCM, instance qui n'a jamais réussi à exister vraiment mais à la Fondation pour les œuvres de l'islam, créée en son temps par Dominique de Villepin, qu'il faut relancer. On lui affecterait le produit de la taxe en ne commettant pas l'erreur d'y introduire les pays d'origine : le conseil d'administration de la Fondation doit être exclusivement composé de personnalités françaises, sans liens de dépendance avec leur éventuel pays d'origine. Il serait composé de laïcs, choisis pour leur intérêt pour l'organisation de l'islam de France et leurs capacités à juger de la qualité d'un dossier de financement d'un lieu de culte ou d'une association caritative. Quant au CFCM, il verrait sa composition modifiée pour ne plus réunir que des imams, des théologiens et des islamologues, chargés d'élaborer une doctrine religieuse adaptée aux normes républicaines.

La formation religieuse elle, et notamment celle des imams, ne peut plus dépendre de l'étranger comme aujourd'hui. Pour former des imams en France, sous le contrôle de l'Etat, pas besoin de changer la loi de 1905 comme certains le réclament. Une solution existe : ouvrir le statut concordataire de l'Alsace-Moselle à l'islam qui en est aujourd'hui exclu. Saisi en 2013 par une QPC, le Conseil constitutionnel avait validé ce statut dérogatoire tout en recommandant de ne pas le modifier. Mais, aujourd'hui, après deux attentats sanglants, peut-on continuer à faire le choix de ne pas former d'imams en France par le biais de l'enseignement supérieur républicain alors que l'Etat le fait pour les curés, les prêtres et les rabbins ?

Certains diront que ce plan est trop directif. J'assume. L'état d'urgence doit s'appliquer aussi à l'islam de France.

Hakim el Karoui  

Source : L'opinion

 

 

Commentaires  

 
-2 #7 Saladine 2016-01-06 17:28 @dyoussof : c'est quoi cette horreur ?
Désolée mais je n'ai pas compris les deux photos.
Citer
 
 
+2 #6 Saladine 2016-01-06 17:24 On ne peut pas se dire musulmans ET laïcs !
Faut réfléchir un peut avant de dire des sottises !
Citer
 
 
-1 #5 dyoussof 2016-01-06 11:17 Ce que redoutent désormais les Musulmans en France :
integritydyl.files.wordpress.com/2016/01/redoutable.jpg
Citer
 
 
-3 #4 contact 2016-01-04 20:46 La réaction de Hakim el Karoui aux commentaires sur notre site :

"faut dire aux lecteurs que les laïcs dont je parle seraient bien entendus des Français de culture musulmane… "
Citer
 
 
-2 #3 walid_ 2016-01-04 16:19 salam,
A choisir en des laïcs qui gèrent l'argent de la taxe halal et les nôtres, soit disant musulmans mais corrompus, peu pratiquants vendus à l'étranger je pense vaut mieux opter pour les laïcs.
Citer
 
 
+3 #2 Saladine 2016-01-04 13:40 Salam alaykoum,

Juste pour vous dire qu'il n'y a pas d'Islam de France mais un ISLAM EN FRANCE !!!
Je suis d'accord avec ce qu'a écrit Felouss plus haut, par conséquent je ne vais pas réécrire la même chose.
J'ajoute qu'en tant que musulman dans ce pays où je paie tous les impôts qui existent, je ne veux pas que l'état français, donc des non-musulmans qui plus est des laïcs, dirigent MA religion.
Nous devons tous œuvrer afin que la religion d'Allah soit appliquée comme elle doit l'être cr cette religtion est universelle et non l'appliquer comme des laïcs voudraient qu'elle le soit !
Citer
 
 
+4 #1 felouss 2016-01-04 01:02 As-salamou 'alaykoum,

Frère EL Karoui qu'Allah nous préserve des conséquences de ta réflexion sur l'islam de France. Réfléchi un temps soit peu à ce que tu dis et en toute sincérité, en recherchant l'agrément d'Allah, tu verras que tu proposes d'offrir à des non-musulmans de diriger et d'organiser la façon dont l'islam doit s'appliquer en France. Craint Allah et lutte pour que la religion d'Allah soit appliquée comme elle se doit en France car l'islam avec toute les souplesses qu'elle offre pour être compatible en France ne sera jamais laïcisé et vidé de ses fondements pour la rendre adapté à la volonté politique des non-musulmans. SI tu cautionnes cela, tu acceptes donc de transformer l'islam pour la rendre vide de sens comme ils l'ont fait avec le christianisme. Tu seras responsable de cette hérésie. QU'Allah nous préserve et nous guide sur le droit chemin et qu'il préserve l'islam de la ruse de ceux qui complotent contre elle. Amin wa salam.
Citer
 

Ajouter un Commentaire


Nous contacter

UAM93 
Union des Associations Musulmanes
de la Seine-Saint-Denis 
Adresse : 23, rue Edgar Degas
93600 Aulnay-sous-Bois 
Tél. : 06 19 89 93 74
Tél. : 06 01 99 34 57
Fax : 09 55 36 29 66
Mail : contact@uam93.com

Article en Rapport


Liens commerciaux

Chroniques