Épargnez-nous vos Conseils !
Écrit par Stéphanie   
Samedi, 25 Juillet 2015 00:30

Il est assez significatif de constater que la majorité de ceux qui critiquent la nouvelle Instance de Dialogue avec l’Islam de France mitonnée par le Ministre de l’Intérieur Bernard Cazeneuve (sous la supervision directe du Premier Ministre Valls) sont ceux qui n’ont pas été retenus pour en faire partie. Il est également notable que leur récusation n’est pas due à leur islamisme, à leurs exigences ou à leur esprit de résistance mais à leur incompétence ou à leur équivalence avec les détenteurs actuels de leurs tares à venir, énumérées de façon non exhaustive ci-après (en vous laissant le soin de les classer).

  • • Recherche de notoriété, de notabilité voire d’enrichissement personnel,
  • • Occuper la place sans avoir l’intention de faire quoi que ce soit,
  • • Rétivité à toute rigueur (y compris morale), à toute efficacité, à toute organisation et administration,
  • • Inaptitude, médiocrité, inactivité, bricolage, tractations, combines et sabotages,
  • • Commander et ne jamais obéir,
  • • Déconsidérer les opinions et les actions des autres,
  • • Complicité avec des escrocs ou des individus non respectables,
  • • Subordination à des nations étrangères ou à des partis (nationaux ou extra-nationaux).

À force de les débiner, on va finir par croire que je suis jaloux de tous ceux qui ont été invités ou pressentis au cours de ces trente dernières années par les gouvernements, de droite ou de gauche, pour figurer l’islam de France. Que nenni car, comme disait fort justement le compositeur Erik Satie concernant une certaine distinction nationale, « il ne suffit pas de refuser la Légion d'Honneur, encore faut-il ne pas la mériter ! » ou plus élégamment l’humoriste Jean Yanne, « la légion d’honneur c'est comme les hémorroïdes, n'importe quel cul peut l'avoir ». Pour moi, il en est de même en ce qui concerne le racolage raté du Pouvoir à mon encontre, lequel me confère un inégalable droit de critique.

Ça ne date pas d’hier mais, pour ne rien vous cacher – et il n’y a pas de quoi en être fier – j’ai également été sollicité il y a trente-cinq ans par le truchement des Renseignements Généraux de la Préfecture de Paris[1] pour faire de la figuration de haut vol. Ces derniers, dépêchés par Pierre Joxe, le Ministre de l’Intérieur de l’époque, m’ont innocemment fait entrevoir que je pourrais intégrer son Conseil de Réflexion sur l’Islam de France (CORIF)[2] alors que je présidais la Fédération Nationale des Musulmans de France (FNMF).[3] Tandis que je déclinais poliment l’invitation ministérielle par une fin de non-recevoir, la jugeant déplacée, d’autres cassaient traitreusement la dynamique fédératrice en se réjouissant d’être sélectionnés pour aller se pavaner et se bâfrer sous les ors de la République.

Et depuis plus d’un quart de siècle, les hommes de droite et de gauche qui se sont succédé à la tête du Ministère de l’Intérieur et des Cultes ont eu pour dénominateur commun le camouflage des réalités islamiques en s’attachant les services des bouffons les plus serviles et les plus manipulables. Leurs politiques en la matière n’ont fait sans discontinuer que desservir les aspirations des Musulmans en limitant autoritairement leur pratique religieuse, en bannissant un par un tous les accommodements raisonnables pour y substituer des lois scélérates.[4] Comme il est révélateur de voir tous ces diplômés de préfectures (présidents, secrétaires, trésoriers,) incapables de s’organiser et de se fédérer spontanément ! Comme il est méprisable que les Ministres de la République en soit périodiquement réduits à les convoquer pour les forcer à s’accorder artificiellement et à se faire des bisous hypocrites !

Vu le peu de considération que l’État accorde à la « sous-culture musulmane », il n’est évidemment jamais question de faire passer le moindre examen de capacité cultuelle, culturelle ou même temporelle – et encore moins de légitimité – à tous les braves gens qu’il enrôle pour façonner son islam DE France allégé. Le sémillant Manuel Valls a beau déclarer la main sur le cœur qu’« il n’y aura pas de loi, il n’y aura pas de décret, pas de circulaire pour dire ce que doit être l’islam »,[5] en persistant à intervenir dans l’organisation du culte musulman, en décrétant ce qui est religieusement licite ou pas et en désignant ses interlocuteurs en fonction de ses fantaisies, l’État laïc qu’il dirige montre bien qu’il persiste à transgresser ses propres règles. Tant que cette attitude perdurera, inutile de préciser que tous ceux qui nous prodigueront des Conseils, qu’ils soient de Réflexion (CORIF) ou du Culte (CFCM) ou encore des prétendues Instances de Dialogue (IDIF), pourront se les carrer bien profonds. Oh, pardon !

Daniel-Youssof Leclercq

[1] Les Inspecteurs Melon et Goumey, pour être précis et ne pas passer pour un mytho.
[2] L’ancêtre du Conseil Français du Culte Musulman (CFCM) imaginé par le Ministre de l’Intérieur Nicolas Sarkozy.
[3] Je parle ici de la FNMF canal historique, première fédération composite, que j’ai eu l’honneur de concevoir et de piloter durant cinq ans et non de la succursale marocaine qu’elle est devenue après la désertion de ses principales composantes. Elle réunissait quelques 170 associations d’horizons différents, allant des représentations du Tabligh à celles des Frères Musulmans (UOIF, AEIF) en passant par le Milli Gorus turc, le Hizb Islami afghan, des personnalités Soufies, et rallia même les grandes Mosquées de Paris et d’Évry.
[4] Les musulmanes étaient jusque dans les années 80-90 autorisées à porter le Hijab sur leurs pièces d’identité, au sein des écoles publiques jusqu’en 2004 et le Niqab dans l’espace public jusqu’en 2010, ce qui est devenu impensable aujourd’hui.
[5] En déplacement à Strasbourg le 3 mars 2015.

 

 

Commentaires  

 
0 #6 dyoussof 2015-08-01 17:09 Multi-citer alain:
Celui qui a promis une place au CORIF à Leclercq s'appelle Bernard Godard, qui était inspecteur des RG de la Préfecture de Police, et qui l'avait aidé à monter la 1ere FNMF, contre la GMP, où il passait presque tous les jours de la semaine.
Or, Godard fera partie du cabinet de Chevènement, puis a travaillé pour le Bureau central des Cultes sous Sarkozy (un revirement comparable à celui d'Eric Besson). Leclercq devrait s'interroger sur "l'oubli" par Godard, au moment de la création du CFCM, de son ex-informateur aux RG. "Les promesses des RG n'engagent que ceux qui les écoutent", disait le supérieur hiérarchique de Godard, Charles Pasqua…
Le « suppositoire » prétendument bien informé sur le milieu des RG, dont il s’alimente sur les deux rives, sait bien où il mérite d’être fourré. Celui qui se cache hypocritement derrière les pseudos d'Alain ou de Yanis a l'air de m'en vouloir (DIEU sait pourquoi, écrivain médiocre et délateur professionnel, petit escroc ?) en tentant de me salir avec ses insinuations directes sorties des cabinets, entendons par là les chiottes. Je vais répéter encore une fois, sans jurer cette fois puisque Monsieur fait le sourd et n’a pas l’air de savoir lire : On ne m’a jamais promis, car je n’ai jamais quémandé ou espéré, la moindre place dans tous les Conseils à la noix excrété par les ministères du Cul-te successifs et, ayant fait savoir que je n’étais pas intéressé, j’aurai même trouvé insultant qu’on me le propose. Ex Président de la FNMF, Ex Membre du Conseil Constitutif de la Ligue Islamique Mondiale à La Mecque et Ex Directeur du Bureau de la dite Ligue à Paris, j’ai démissionné de ces organisations dès que j’ai constaté qu’elles n’étaient que des coquilles vides qui jetaient de la poudre aux yeux. Alors vos CORIF et autres CFCM qui ne sont que des avatars téléguidés minables !!!
Citer
 
 
-2 #5 alain 2015-08-01 12:24 Celui qui a promis une place au CORIF à Leclercq s'appelle Bernard Godard, qui était inspecteur des RG de la Préfecture de Police, et qui l'avait aidé à monter la 1ere FNMF, contre la GMP, où il passait presque tous les jours de la semaine.
Or, Godard fera partie du cabinet de Chevènement, puis a travaillé pour le Bureau central des Cultes sous Sarkozy (un revirement comparable à celui d'Eric Besson). Leclercq devrait s'interroger sur "l'oubli" par Godard, au moment de la création du CFCM, de son ex-informateur aux RG. "Les promesses des RG n'engagent que ceux qui les écoutent", disait le supérieur hiérarchique de Godard, Charles Pasqua…
Citer
 
 
+1 #4 dyoussof 2015-07-31 05:04 Multi-citer yanis:
Le frère Youssef-Daniel confond le directeur du Bureau central des Cultes du ministère de l'Intérieur qui était Sicard avec le conseiller chargé des cultes dans le cabinet du ministre, qui était Raoul Weexsteen.
En outre un contact informel avec des inspecteurs des RG de la Préfecture de Police à la recherche de renseignements supplémentaires n'est pas assimilable à une sollicitation officielle du ministère. Certains inspecteurs exagéraient leur pouvoir juste pour faire parler leurs interlocuteurs-informateurs musulmans.
Enfin, Weexsteen se trompent en présentant la création du CORIF comme la première tentative concernant l'Islam en France. Sans remonter jusqu'à l'Algérie française, il convient de rappeler la "Commission Nationale des Français Musulmans" qui fut créée par décret par le gouvernement Barre. Alors que Joxe et ses conseillers refusèrent d'institutionnali ser le CORIF par décret. En lui laissant son caractère informel, Joxe a créé un conflit larvé avec les membres instruits du CORIF qui doutèrent de la volonté du gouvernement de tenir compte de ses recommandations qui étaient effectivement avisées, mais qui restèrent sans lendemain.
Dans les années 80, les affaires de l'Islam étaient suivies par un membre du cabinet de la ministre des Affaires Sociales, quand l'Intérieur se désintéressait complètement du dossier, hormis le sécuritaire.
Le frère Youssef devrait se réjouir de n'avoir pas fait partie d'un Conseil qui aura été presqu'inutile…Il devrait se méfier de ceux qui parlent au nom des "autorités françaises" juste pour faire parler des musulmans et rédiger des rapports plus ou moins bien informés.
Que ce soit officiel ou officieux, le résultat est le même, non ? Comme dirait Jean-Marie, c'est un détail de l'Histoire. Je maintiens que j'ai textuellement répondu aux RG à l'époque que je n'accepterai pas une telle nomination si elle m'était proposée en précisant qu’il appartenait aux Musulmans d’élire leurs représentants. Et j’en jure par ALLAH pour valider, si ça ne suffit pas. Ma position a dû être consignée dans leur rapport et dans mon "dossier" et, malgré ses aptitudes et ses états de service (au diable l’humilité), le vilain petit canard n'a plus jamais été évoqué pour ce faire durant les décennies qui ont suivi, ni par les sbires ministériels ni par les tocards domestiques qui paradent à leurs côtés. Nonobstant, comme je le dis clairement dans mon article, mon plus grand honneur est de ne pas mériter de telles distinctions !
Citer
 
 
0 #3 yanis 2015-07-30 18:37 Le frère Youssef-Daniel confond le directeur du Bureau central des Cultes du ministère de l'Intérieur qui était Sicard avec le conseiller chargé des cultes dans le cabinet du ministre, qui était Raoul Weexsteen.
En outre un contact informel avec des inspecteurs des RG de la Préfecture de Police à la recherche de renseignements supplémentaires n'est pas assimilable à une sollicitation officielle du ministère. Certains inspecteurs exagéraient leur pouvoir juste pour faire parler leurs interlocuteurs-informateurs musulmans.
Enfin, Weexsteen se trompent en présentant la création du CORIF comme la première tentative concernant l'Islam en France. Sans remonter jusqu'à l'Algérie française, il convient de rappeler la "Commission Nationale des Français Musulmans" qui fut créée par décret par le gouvernement Barre. Alors que Joxe et ses conseillers refusèrent d'institutionnali ser le CORIF par décret. En lui laissant son caractère informel, Joxe a créé un conflit larvé avec les membres instruits du CORIF qui doutèrent de la volonté du gouvernement de tenir compte de ses recommandations qui étaient effectivement avisées, mais qui restèrent sans lendemain.
Dans les années 80, les affaires de l'Islam étaient suivies par un membre du cabinet de la ministre des Affaires Sociales, quand l'Intérieur se désintéressait complètement du dossier, hormis le sécuritaire.
Le frère Youssef devrait se réjouir de n'avoir pas fait partie d'un Conseil qui aura été presqu'inutile…Il devrait se méfier de ceux qui parlent au nom des "autorités françaises" juste pour faire parler des musulmans et rédiger des rapports plus ou moins bien informés.
Citer
 
 
+1 #2 dyoussof 2015-07-30 06:43 Multi-citer WEEXSTEEN Raoul:
J'ai assumé à la demande de Pierre Joxe Ministre de l'Intérieur ET des CULTES, à partir de 1988 jusqu'en 1993 les consultations qui ont abouti à la création CORIF. Ce CONSEIL de REFLEXION sur "l'ISLAM en FRANCE" (selon la formulation de l'époque) était une première tentative sérieuse de REFLEXION, comme son nom l'indique, pour que les Musulmans qui vivent en France ce dotent d'une structure analogue aux autres Cultes. Toutes les réunions qui se sont tenues au Ministère ont respectées ce principe et la plus grande partie des musulmans qui se engagés dans ce travail se
sont cooptés entre eux et ont ensuite proposé les candidtures au ministre. Un seul a été récusé en raison de ses moeurs et le nombre des "membres" du Corif a eté arrété à 9 à la demande des Musulmans eux mêmes. Ils venaient de tous horizons, sensibilités musulmanes, individuels lettrés,respons ables ou membres
d'associations ou non.Le nom de Mr Yousouf Leclerc n'a jamais été avançé ou proposé par personne, ni à titre individuel ni en temps que membre de la FNMF qui était représentée dans le Corif.
Le travail du CORIF a été utile et fertile. Toutes les tentative qui ont suivi ont bénéficié du travail exploratoire qui a été mené dans la mesure où toutes les difficultés et tous les éléments de blocage avaient été bien identifiés et reconnus.
Plusieurs membres du Corif sont depuis décédés, mais un certain nombre ont encore aujourd'huides responsabilités , dans "l'Islam en France".
Tous sommes Tous hostiles à une polémique de plus. Mais respectons les faits et l'Histoire.

Raoul WEEXSTEEN
Mon indéfectible intégrité étant mise en en cause, ce commentaire appelle une réponse. Naturellement, je maintiens avoir été "sollicité" par les agents des RG préfectoraux et avoir décliné leur proposition. Preuves à l’appui, lorsque le CORIF a été suscité, le boss du Bureau des Cultes du Ministère de l’Intérieur n’était pas Raoul WEEXSTEEN mais Roland SICARD. En affirmant péremptoirement que « Le nom de Mr Yousouf Leclerc n'a jamais été avancé ou proposé par personne » notre Raoul confesse clairement les manigances ministérielles ou sa profonde ignorance du dossier ou les deux. Rien que son incapacité à recopier convenablement le nom, Youssof LECLERCQ, de celui qui a été le principal opposant à l’hégémonie de la Mosquée de Paris et le concepteur de la FNMF, atteste des carences du révisionniste qui veut se donner le beau rôle. Personnellement favorable « à une polémique de plus », et même en créditant la version révisée de Raoul, cela renforce encore le fait qu’en ne faisant délibérément appel qu’aux seconds couteaux de la FNMF le Pouvoir de l’époque n’a cherché qu’à la faire imploser. C’est bien le seul sens à donner à l'affirmation gratuite « le travail du CORIF a été utile et fertile ». Les Musulmans de France peuvent tout à loisir juger du résultat aujourd’hui.
Citer
 
 
-1 #1 WEEXSTEEN Raoul 2015-07-27 16:39 J'ai assumé à la demande de Pierre Joxe Ministre de l'Intérieur ET des CULTES, à partir de 1988 jusqu'en 1993 les consultations qui ont abouti à la création CORIF. Ce CONSEIL de REFLEXION sur "l'ISLAM en FRANCE" (selon la formulation de l'époque) était une première tentative sérieuse de REFLEXION, comme son nom l'indique, pour que les Musulmans qui vivent en France ce dotent d'une structure analogue aux autres Cultes. Toutes les réunions qui se sont tenues au Ministère ont respectées ce principe et la plus grande partie des musulmans qui se engagés dans ce travail se
sont cooptés entre eux et ont ensuite proposé les candidtures au ministre. Un seul a été récusé en raison de ses moeurs et le nombre des "membres" du Corif a eté arrété à 9 à la demande des Musulmans eux mêmes. Ils venaient de tous horizons, sensibilités musulmanes, individuels lettrés,respons ables ou membres
d'associations ou non.Le nom de Mr Yousouf Leclerc n'a jamais été avançé ou proposé par personne, ni à titre individuel ni en temps que membre de la FNMF qui était représentée dans le Corif.
Le travail du CORIF a été utile et fertile. Toutes les tentative qui ont suivi ont bénéficié du travail exploratoire qui a été mené dans la mesure où toutes les difficultés et tous les éléments de blocage avaient été bien identifiés et reconnus.
Plusieurs membres du Corif sont depuis décédés, mais un certain nombre ont encore aujourd'huides responsabilités , dans "l'Islam en France".
Tous sommes Tous
hostiles à une polémique de plus. Mais respectons les faits et l'Histoire.

Raoul WEEXSTEEN
Citer
 

Ajouter un Commentaire


Nous contacter

UAM93 
Union des Associations Musulmanes
de la Seine-Saint-Denis 
Adresse : 23, rue Edgar Degas
93600 Aulnay-sous-Bois 
Tél. : 06 19 89 93 74
Tél. : 06 01 99 34 57
Fax : 09 55 36 29 66
Mail : contact@uam93.com

Article en Rapport


Liens commerciaux

Chroniques