De bon aloi d’être hors la loi
Écrit par Stéphanie   
Samedi, 17 Juillet 2010 01:58

Il est évident qu’à l’instar du hidjab (1), conspué depuis plus de vingt cinq ans par les schizophrènes de la République, plus on s’acharnera sur les burqa/niqab plus celles qui les portent gagneront en sympathie, en partisans et en émules. Au lieu de les discréditer, les lois et les objurgations démagogiques contre les porteuses de voile intégral, ne font que les sacraliser et les sublimer, au grand dam des sycophantes de tous bords et pour la plus grande joie des islamophiles. Et les impétrantes sont d’autant plus méritantes qu’elles ont été traîtreusement répudiées par les pseudos représentants officiels de l’Islam (2) qui, s’ils ne veulent pas les soutenir, feraient mieux de s’abstenir de s’acoquiner avec leurs prédateurs pour les lyncher. Quand on constate que même des députés (non-musulmans, rappelons-le) s’abstiennent de voter des lois qui condamneraient ces Musulmanes à la verbalisation ou à la réclusion, on se demande vraiment à quelle sorte de musulmans d’opérette on a affaire.

Avant même que la loi d’exception culturelle (et son cortège de mesures maniaco-Répressives (3)) soit officiellement promulguée (4) au nom de la sécurité et des bonnes moeurs occidentales (5), la résistance islamique passive s’organise d’ores et déjà ; les initiatives ne manquent pas pour conforter, soulager ou soutenir les récipiendaires, allant de l’apprentissage de techniques de cache-cache aux fonds de solidarité (6) destinés à financer les amendes qui seront dressées aux courageuses contrevenantes. Comme dirait l’autre, c’est dans l’adversité qu’on reconnaît ses vrais amis.

D’ailleurs, tout n’est pas encore perdu. Le Conseil d'Etat a mis en garde le législateur que le fait d'interdire telle ou telle tenue vestimentaire dans la rue constitue une violation des principes constitutionnels. Si le texte reflétait ouvertement les motifs et les arrières pensées de ses promoteurs, le Conseil Constitutionnel mettrait incontestablement et définitivement un terme à ce qui n’est pas autre chose qu’une dérive totalitaire islamophobe. Mais l’hypocrisie et l’ambiguïté des formules employées (7), quoique certains alinéas ne soient guère équivoques sur la cible visée (8), lui donnent quelques chances de passer entre les mailles du filet. Néanmoins, quand bien même la loi serait validée en France, gageons que l’affaire sera immanquablement portée devant la Cour Européenne des Droits de l’Homme laquelle devrait raisonnablement la condamner.

Les mauvaises langues avancent que les islamistes profitent de la situation pour amplifier leur victimisation, pour politiser le débat et pour justifier leur radicalisation. Entre nous, c’est de bonne guerre. Compte tenu des provocations et autres tracasseries dont ils font l’objet, si ces derniers peuvent en tirer une petite contrepartie, ils auraient tort de s’en priver. Et de rajouter dans le psychodrame que les Musulmans pourraient bien être majoritaires en France en 2040 et imposer les burqas voire la Charia (9) à tout le pays. Pour le fun (10) on va surenchérir en disant que ce serait un moindre mal puisqu’il n’y aura plus personne pour voir ça : Ils auront déjà fait péter la planète et tous ses habitants à coups de bombes atomiques depuis bien longtemps. Evidemment, puisque pour eux le paradis est ailleurs !

Daniel Youssof Leclercq

1- Voile ou foulard islamique, condamné à mort par la loi de 2004 sur les signes religieux dans les écoles publiques.
2- Les Mosquée de Paris, CFCM, UOIF et autres autorités auto proclamées ont confirmé leur cacochymie et leur absence de c…rédibilité en se déculottant publiquement pour préserver leurs prérogatives ou leur relative tranquillité.
3- Le texte de la loi « anti-voile intégral » (loi qui se garde bien de s’énoncer comme telle) prévoit l’interdiction de se cacher le visage sur la voie et dans les espaces publics, sous peine de 150 euros d'amende et/ou d'un stage de citoyenneté.
4- Elle ne devrait entrer en vigueur que début 2011, après un semestre de "pédagogie", à condition que le Sénat la ratifie en septembre prochain et que le Conseil Constitutionnel ne la considère pas contraire aux droits humains fondamentaux.
5- Il n’aura échappé à personne que, pour émettre cette loi d’interdiction du voile intégral, nos « courageux » parlementaires n’ont pas eu le cran d’invoquer ces arguments anti-religieux ou d’oppression de la femme dont on nous a copieusement abreuvé ces temps derniers, pour la bonne et unique raison qu’ils auraient été jugés antidémocratiques. Ils se sont hypocritement retranchés derrière des prétextes sécuritaires et coercitifs pour que leur texte ait une chance d’être recevable.
6- Comme celui initialisé par Rachid Nekkaz. Ce chef d’entreprise immobilière, pourtant opposé au voile intégral, milite pour la protection des libertés individuelles au sein de l’association apparentée socialiste « Touche pas à ma Constitution ».
7- "Nul ne [pourra], dans l'espace public, porter une tenue destinée à dissimuler son visage".
8- "Toute personne qui impose à une femme de porter le voile intégral".
9- La loi islamique.
10- Amusement, en Anglais

 

 

 

Commentaires  

 
+6 #1 Athmani 2010-07-17 19:30 Honneur a vous Mr le Général Daniel Youssof Leclercq ; ceux qui ont initiées cette bataille ne sont que des don Quichotte a la recherche de fausse guerre par manque de stratagème civique.
Et de bon guerre le moulin restera haut et droit et donnera toujours du bon blé aux mesquins assaillants
Drôle de démocratie…
Citer
 

Ajouter un Commentaire


Nous contacter

UAM93 
Union des Associations Musulmanes
de la Seine-Saint-Denis 
Adresse : 23, rue Edgar Degas
93600 Aulnay-sous-Bois 
Tél. : 06 19 89 93 74
Tél. : 06 01 99 34 57
Fax : 09 55 36 29 66
Mail : contact@uam93.com

Article en Rapport


Liens commerciaux

Chroniques