L’hommage de Bagnolet à Georges Ibrahim Abdallah suspendu
Écrit par Ilyess   
Dimanche, 02 Février 2014 23:13

Le verdict est tombé aujourd'hui, on l'attendait hier à l'issue du procès. Ce matin, Vendredi 31 Janvier 2014, le juge des référés du tribunal administratif de Montreuil a décidé de suspendre la délibération du conseil municipal de Bagnolet du 11 décembre dernier, pour défaut d'intérêt local, qui avait fait de Georges Ibrahim Abdallah, un libanais condamné en France en 1987 à perpétuité pour complicité d’assassinat de deux diplomates étrangers, un citoyen d’honneur de la ville de Bagnolet en Seine Saint Denis.

Une mauvaise nouvelle pour le Groupement des Associations de Bagnolet (GAB), à l’initiative du vote de cette délibération. Le tribunal répondait à une demande formulée par le préfet de Seine-Saint-Denis, Philippe Galli, qui avait décidé d’attaquer le 23 janvier dernier la décision du conseil municipal de Bagnolet, arguant qu’on ne pouvait pas « nommer quelqu’un à un tel rang alors qu’il avait été condamné par la justice française », ajoutant que Georges Ibrahim Abdallah n’avait « mené aucune action bénéfique pour la ville ».

Hier, Jeudi 30 Janvier 2014, il est 14 heures 30 quand le juge des référés pénètre dans la salle d’audience totalement remplie pour l’occasion, en grande majorité des soutiens de la ville de Bagnolet.

Après le rappel des faits, la parole est donnée à l’avocat de la préfecture.

« En matière d’hommage à une personne privée, on doit estimer si l’intérêt local est satisfait. Faire de Georges Ibrahim Abdallah un citoyen d’honneur ne répond pas à cette prérogative, sauf à verser dans le clientélisme et à favoriser une quelconque catégorie ethnique ou religieuse, défend Jérémie Boulay.

Avant de rappeler qu’une ville, en matière de décisions politiques « doit faire preuve de neutralité ».

Après un quart d’heure de plaidoirie de l’avocat du préfet, c’est au tour de Jean Louis Vasseur, défenseur de la ville de Bagnolet de prendre la parole. « Il y a beaucoup d’associations locales et bien implantées dans la vie municipale qui œuvrent en lien avec le Moyen-Orient. La nomination de Georges Ibrahim Abdallah n’est pas un appui au terrorisme. Elle vise simplement à soutenir la demande de libération d’un prisonnier enfermé depuis trente ans. Je tiens à rappeler que la Ligue des Droits de l’Homme a déclaré en octobre dernier, que le fait de maintenir Georges Ibrahim Abdallah en détention était une décision arbitraire ».

Après une demi-heure de débat, le juge ajourne la séance. Malgré les arguments avancés par Jean Louis Vasseur, le juge des référés a donné tort à la ville de Bagnolet, en suspendant la délibération de son conseil municipal. Bagnolet n'a pas encore décidé si elle fera appel de la décision. Elle a quinze jours pour le faire

Source : Nadir Dendoune du Courrier de l'Atlas

 

 

Ajouter un Commentaire


Nous contacter

UAM93 
Union des Associations Musulmanes
de la Seine-Saint-Denis 
Adresse : 23, rue Edgar Degas
93600 Aulnay-sous-Bois 
Tél. : 06 19 89 93 74
Tél. : 06 01 99 34 57
Fax : 09 55 36 29 66
Mail : contact@uam93.com

Article en Rapport


Liens commerciaux

Chroniques