22/06/09 - Première députée voilée en Belgique
Écrit par Administrator   
Mardi, 23 Juin 2009 02:24


Idéalement – aucun démocrate n'en disconviendra –, une assemblée élue doit refléter la diversité du corps électoral qu'elle représente… Cosmopolite, Bruxelles s'est dotée d'un parlement régional intégrant 24 élus d'origine non européenne. Parmi eux, pour la première fois en Belgique, voire en Europe continentale : une députée voilée. Une élue qui affiche son appartenance à l'islam.

     
Le député fédéral MR Denis Ducarme fulmine : « Incompatible, dit-il, avec la sacro-sainte séparation de l'Église et de l'État. Intolérable dans un lieu comme un parlement où chacun a le devoir de ne pas afficher ses convictions privées, pour se montrer au contraire au service de la collectivité, dans son ensemble. »
                
Denis Ducarme propose, ni plus ni moins, de modifier le règlement de la Chambre pour interdire aux élus d'arborer tout signe religieux ou philosophique ostentatoire. Appel qui sera relayé par le MR au parlement bruxellois.
           
Une proposition de rupture, en fait, qui réjouit autant les activistes de l'athéisme que les intégristes de Belgique & Chrétienté. Car jusqu'à présent, le législateur a coulé des conditions d'éligibilité qui ouvrent la porte des assemblées au plus grand nombre. Il suffit d'être Belge, de jouir de ses pleins droits civils et politiques, d'avoir atteint l'âge de 21 ans (18 ans pour les parlements régionaux et communautaires) et d'être domicilié en Belgique (ou sur le territoire de la région concernée par le scrutin).
                                      
Rien de plus, rien de moins. En suggérant de nouveaux critères, peu objectifs ou sujets à contestation, c'est l'essence même du suffrage universel qui est remise en cause : certains citoyens – sous prétexte qu'ils portent un voile, une kippa, un turban, une croix trop visible ou le flambeau laïque à la boutonnière – ne seraient plus dignes de représenter la collectivité ? Pratiquer tel tri relève d'un formatage plus digne de Pyongang que d'une démocratie adulte.
                     
Le port d'un signe religieux ou philosophique n'est pas plus une menace pour la qualité du service rendu à la population par un parlementaire que l'absence de port de signes religieux ou philosophiques n'est gage d'engagement citoyen à l'égard de l'électeur.
Le Soir lundi 22 juin 2009
 

Commentaires  

 
0 #2 Zin 2011-01-07 17:37 Salam,
Nous, dans les pays sous développés ou en voie de développement, pensons que l'habit ne fait pas le moine est une réalité.
Et que les pays occidentaux corrspondent à une population intelectuelle ,logique et pour laquelle seul la qualité de travail fait la différence.
La partlementaire en question travaille avec ses mains et son cerveau donc la qualité de son travail n'a pas de relation avec son foulard.
D'autant plus qu'elle n'a pas demandé un traitement particulier.
Elle n'a pas commis de faute professionnelle .
J'ai l'impression que les européens se comportent avec les musulmans de la même façon que nos grands parents ont réagi face aux vêtements européens et même à l'éducation occidentale, il y'a plus d'un sc.
La différence que nos grands parents ont été des gens simples et qu'ils ignorent l'autre.
Un exemple, au Maroc pendant les années 80, je pense, il y'a un parlementaire qui porte (chachiya) juive et il était accepté par tous comme marocain, malgrè le conflit palestinien.
Ce qui compte c'est ce qui possède l'homme ou la femme comme compétence pour unifier l'humanité dans sa divesité.
On ne peut pas parler des droits des hommes sans accepter l'autre dans sa particularité tel qu'il est :
sa couleur, sa langue et ses habits, .
Sinon, les ONG occidentales et leurs parlementaires doivent spécifier l'égalité et la liberté qui veulent appliquer.
===Ce n'est plus l'égalité universelle.
Citer
 
 
+5 #1 ilyessDz 2009-06-23 07:34 Salam,
Voici une bonne nouvelle.
Elle arrive au bon moment dans le débat francais.

Fraternellement ,
Citer
 

Ajouter un Commentaire


Nous contacter

UAM93 
Union des Associations Musulmanes
de la Seine-Saint-Denis 
Adresse : 23, rue Edgar Degas
93600 Aulnay-sous-Bois 
Tél. : 06 19 89 93 74
Tél. : 06 01 99 34 57
Fax : 09 55 36 29 66
Mail : contact@uam93.com

Article en Rapport


Liens commerciaux

Chroniques