Charlie Hebdo : les imams veulent calmer le jeu
Écrit par Ilyess   
Lundi, 19 Janvier 2015 00:25

Même s'ils se disent blessés par la une de « Charlie Hebdo » sur le Prophète, les responsables musulmans clament un discours de dialogue et de respect de la démocratie.

« Le silence fait taire l'insolent » : c'est ainsi que l'Association des musulmans d'Aubervilliers (Seine-Saint-Denis), AMA, a choisi de conclure le post de sa page Facebook. Pourtant, hier, jour de parution du numéro historique de « Charlie Hebdo » qui met le Prophète à la une, les musulmans d'Aubervilliers sont sortis de leur réserve en publiant un très court texte.

« La sagesse est la réponse aux provocations », prêche l'AMA. Un exercice de haute voltige pour cette association qui défend un islam apaisé. A Aubervilliers, elle gère deux lieux de culte. Lors de la prière du vendredi, ces derniers rassemblent 2 000 croyants.

Chaque mot a donc été soupesé sur Internet. « Ils se moquent de Mahomet et ne font aucun mal à Mohamed, lance en préambule les musulmans de l'AMA. Ils se moquent d'un personnage qu'ils ont imaginé et à qui ils ont donné un nom. Cet homme n'est pas notre prophète. » Harar Chiheb, leur président, confie que tout n'a pas été simple avant d'arrêter ce message. « Est-ce que l'on devait se justifier ? » se sont-ils interrogés. La réponse fut finalement oui, même si « un certain ras-le-bol » domine face aux demandes d'explications permanentes. « Ce qui a fait l'unanimité, c'est la condamnation de l'attaque de Charlie Hebdo. Ça ne se discute pas », poursuit le président.

«Nos fidèles recherchent vraiment l'apaisement»

Au lendemain de la tuerie de « Charlie Hebdo », l'association s'est exprimée sans ambiguïté à ce sujet. Elle a réuni les 200 enfants de 6 à 11 ans qui suivent ses cours d'arabe et d'éducation religieuse. « Beaucoup avaient peur. Allons-nous être attaqués parce que nous sommes musulmans ? nous ont-ils demandé. Il y avait aussi une certaine incompréhension vis-à-vis des exactions faites au nom de l'islam. D'autres auraient voulu justifier cette tuerie car le prophète de l'islam a été touché. » Pour répondre au désarroi des enfants, l'imam qui enseigne à l'école de l'AMA a expliqué que « l'islam prêche la paix » et qu'il fallait « vivre sa vie d'enfant, jouer et bien travailler à l'école ».

Le recul affiché par l'AMA reflète aussi la position de l'Union des associations musulmanes (UAM 93). « La caricature du Prophète en une de Charlie Hebdo est relativement soft, juge M'hammed Henniche, son secrétaire général. Si les journalistes de cette revue veulent avoir le dernier mot comme des gamins dans une cour de récré, eh bien, qu'il en soit ainsi. J'espère juste qu'ils finiront par passer à autre chose car nos fidèles recherchent vraiment l'apaisement. »

«Une différence entre ce qui est immoral et ce qui est illégal»

El Bekkay Merzak, vice-président de la Fédération nationale des musulmans de France (FNMF) et président de l'Association musulmane de Sevran, se dit « blessé par ces nouveaux dessins » mais appelle à la sagesse et au dialogue de tous. Une rencontre est prévue à Sevran dimanche sur le thème « Musulmans contre le terrorisme ».

Lui aussi interpellé par ses coreligionnaires, Abdelali Mamoun, imam intervenant dans plusieurs mosquées du Val-de-Marne et animant par ailleurs une émission sur la radio Beur FM, défend clairement la liberté d'expression : « On peut se sentir offensé à travers les caricatures sur notre prophète, mais on doit néanmoins réagir avec raison. Charlie Hebdo a le droit de penser différemment que nous et même de le discréditer en le montrant parfois de manière très insultante. Ça n'est pas agréable, mais les musulmans doivent prendre sur eux. C'est le prix à payer pour vivre dans la démocratie, pour vivre dans la paix, où la règle, c'est la liberté d'expression. »

Est-ce que le journal est allé trop loin ? « Je ne le pense pas. Il y a une différence entre ce qui est immoral et ce qui est illégal, reprend celui qui a participé à la marche républicaine dimanche. Aller trop loin en France, c'est enfreindre la loi. Or le tribunal s'est prononcé en faveur de Charlie Hebdo et a débouté la mosquée de Paris et le CFCM. Le blasphème ne concerne que les musulmans. On n'a pas à demander à quelqu'un de se soumettre à notre orthodoxie alors qu'il n'y adhère pas. La règle du jeu, c'est de respecter la loi. Donc, soit on accepte les règles, soit on s'en va. »

Source : Le Parisien du 15 Janv. 2015 - Par Nathalie Revenu, Sébastien Thomas, Carole Sterlé et Anne-Laure Abraham

 

 

Ajouter un Commentaire


Nous contacter

UAM93 
Union des Associations Musulmanes
de la Seine-Saint-Denis 
Adresse : 23, rue Edgar Degas
93600 Aulnay-sous-Bois 
Tél. : 06 19 89 93 74
Tél. : 06 01 99 34 57
Fax : 09 55 36 29 66
Mail : contact@uam93.com

Article en Rapport


Liens commerciaux

Chroniques