Discours de Patrick LE HYARIC lors du dîner débat
Écrit par Ilyess   
Mardi, 02 Juin 2009 20:26


Rencontre chaleureuse et studieuse entre les associations musulmanes d’Ile-de-France et Patrick LE HYARIC (accompagné de Fernand Tuil et Hervé Bramy) ce lundi de Pentecôte...
                             
Ci-dessous son allocution liminaire :
                            
"Merci de votre invitation.
                   
Comme vous le savez, le Front de gauche est la seule nouvelle proposition politique, unitaire, à gauche, depuis bien longtemps, à se présenter aux suffrages des citoyens et des citoyennes, pour ces élections européennes. C’est la seule liste conséquente contre la politique  menée par Bruxelles et le gouvernement français, ces dernières années.
                                      
D’autres listes de gauche se disent contre ces orientations, mais comment les croire, alors que lors de la mandature qui s’achève, les députés du Parti socialiste européen ont voté la plupart des directives européennes avec la droite ? Comment croire Bayrou, opposant à Paris, mais dont les députés à Strasbourg votent tous les textes avec la droite ?
                        
D’autres nous font croire qu’il n’est pas important d’avoir des députés européens car ce parlement ne servirait à rien. Quelle erreur !
                          
Les députés européens disposent avec la Commission européenne de Bruxelles de la codécision, autrement dit, ils votent les directives européennes et décident de leur application ensuite dans les  Etats membres. Non, le vrai problème, est qu’aujourd’hui il faut changer de majorité politique à Strasbourg et faire qu’il y ait le plus de députés bien à gauche dans cette assemblée.
                                   
Déjà les députés de la Gauche Unie Européenne, ont su créer des majorités pour, par exemple refuser une directive qui voulait porter le temps de travail maximum en Europe à 65 heures hebdomadaire, ou bien ils ont rassemblé aussi une majorité pour refuser le rehaussement des relations entre l’Union Européenne et l’Etat d’Israël qui était proposé par Bruxelles.
                                
Le gouvernement israélien doit une bonne fois pour toutes respecter les résolutions et les décisions de l’Organisation des Nations Unies, c’est-à-dire le droit international. L’Europe a les moyens de faire pression sur Tel-Aviv pour que les dirigeants israéliens respectent la légalité internationale. L’Europe est le principal partenaire commercial d’Israël.
                                               
Ces relations doivent être gelées si l’Etat d’Israël continue de bafouer le droit pour les Palestiniens d’avoir un Etat dans les frontières de 1967, avec Jérusalem-Est comme capitale, avec une juste résolution de la question du retour des réfugiés. Les colonies israéliennes devant toutes être démantelées sans délais. L’Europe doit exiger que le blocus de Gaza soit levé immédiatement.
                                         
L’Europe fournit aussi nombre d’armements à Israël, cela doit cesser tant que cet Etat ne s’engage pas dans une politique de paix véritable. Une conférence internationale sous l’égide de l’Union Européenne, avec des décisions contraignantes et des sanctions éventuelles pour les acteurs n’appliquant pas ces conclusions, doit être organisée pour permettre aux décisions des Nations-Unies d’être enfin appliquées.
                                                 
Je suis allé plusieurs fois en Palestine, et encore en Janvier, en compagnie de Francis Wurtz, président du groupe de la Gauche Unie Européenne au parlement européen, alors que la guerre faisait rage à Gaza. En tant que directeur de l’Humanité, nous avons organisé la campagne de solidarité pour offrir 10000 cartables aux écoliers palestiniens, quotidiennement nous réclamons la libération du jeune Salah Hamouri, injustement emprisonné en Israël, tout comme celle de tous les prisonniers politiques palestiniens, dont Marwan Barghouti.
                                                 
Les élections européennes sont un rendez-vous important.
                                                         
Car le parlement européen dispose de pouvoirs nouveaux. Il est important que des députés, les plus nombreux possibles, s’opposent à la ratification du Traité de Lisbonne.
                                        
Ce Traité, voulu par le Président Nicolas Sarkozy pour contourner le non au référendum français et hollandais de 2005 sur le projet de Traité constitutionnel, au mépris de tout principe démocratique, organise toute la vie de l’Union autour des  dogmes libéraux de « la concurrence libre », de la « modération salariale », de « la libre circulation des capitaux ». Or ce sont toutes ces dispositions qui nous ont amené à la  grave crise économique et financière actuelle, avec son cortège de chômage, de fermetures d’entreprises, de misères.
                                                     
C’est ce traité qui s’attaque aux services publics en les privatisant et les privant des financements qui leurs sont nécessaires, avec les graves conséquences pour la vie quotidienne de chacun et de chacune : fermeture de bureaux de poste, d’agences de l’ANPE, de la sécurité sociale, de centres de santé, dégradation de l’école et des transports collectifs, remise en cause sans précédent du logement social.
                                                             
C’est ce traité qui prive les communes de ressources financières d’où il résulte que des quartiers entiers sont laissés à l’abandon.
                            
C’est aussi le traité qui justifie que l’Europe soit une forteresse, particulièrement à l’égard des migrants des Etats extra-européens. Ces dispositions du Traité viennent s’ajouter à la scandaleuse directive retour, dite directive de la honte, que le Front de gauche propose d’abroger immédiatement.
                                           
Par exemple l’article 79, alinéa 3 du Traité de Lisbonne indique : « L’Union peut conclure avec des pays tiers des accords visant la réadmission, dans les pays d’origine ou de provenance, de ressortissants de pays tiers qui ne remplissent pas ou qui ne remplissent plus les conditions d’entrée, de présence ou de séjour sur le territoire de l’un des Etats membres ».
                                                
Toute la politique européenne actuelle, bien relayée ici même en France par le gouvernement de droite, vise à criminaliser les flux migratoires et à jeter la suspicion sur tous les migrants, en commençant sur les plus fragiles que représentent les personnes sans-papiers.
                                                  
Mais ne nous y trompons pas, c’est par le contrôle renforcé aux frontières, par le fichage systématique, par les contrôles policiers sans limites, que les classes dirigeantes veulent contrôler et réprimer l’ensemble des populations, en commençant par les plus visibles, par celles qui sont déjà les plus discriminées, c’est-à-dire les personnes étrangères ou d’origine étrangère, et particulièrement celles de culture et de confession musulmane.
                                                      
Il y a aujourd’hui un climat nauséabond d’islamophobie qui rappelle d’autres périodes tragiques de l’histoire européenne. Ces campagnes de presse, ces attitudes racistes se manifestent très concrètement par des mesures discriminatoires et vexatoires intolérables dans la vie quotidienne des personnes.
                                               
D’ailleurs, selon une étude de l’Agence européenne des droits fondamentaux, publié le 28 mai dernier, en moyenne, en Europe, un musulman sur trois (34% des hommes, 26% des femmes) déclare avoir subi une discrimination au cours des 12 derniers mois.
                                                        
Le Front unitaire de gauche propose de contrôler plus sévèrement les activités des forces de police, aux frontières comme à l’intérieur des Etats et de punir lourdement tout comportement raciste ou  discriminatoire avéré. S’il n’est évidemment pas question d’établir une quelconque censure dans les médias, à l’école où dans les lieux de culture, les lois actuelles, punissant l’incitation à la haine raciale et religieuse, doivent être appliquées comme elles le sont pour d’autres communautés. Il ne peut y avoir en la matière, deux poids deux mesures.
                                                         
Le Front de gauche fait de la laïcité un principe de base de la vie de toutes et tous en commun sur un même territoire. Si les croyances de chacun et de chacune doivent être respectées, les religions n’ont pas à s’immiscer, comme le voudrait le Président Sarkozy, dans la vie de la cité.
                                                
Par contre, il faut permettre à tous les croyants de vivre leur foi sans difficultés. Les musulmans doivent pouvoir prier dans de véritables lieux de cultes, propres, suffisamment vastes, en sécurité. Ils doivent pouvoir faire enterrer leurs morts sans problèmes dans les cimetières des pays européens où des carrés musulmans doivent, enfin, être systématiquement ouverts.
                                           
Le Front de gauche s’oppose au désir puissant du Vatican appuyé par quelques Etats européens où n’existe pas, comme en France, de séparation de l’Eglise et de l’Etat, de voir reconnu les soit disant racines chrétiennes de l’Europe. A la vérité, l’identité de l’Europe est plurielle, et cela depuis des temps immémoriaux. Le Califat de Cordoue ce n’était pas en Europe ? La culture grecque ancienne n’a-t-elle pas autant façonnée notre mode de pensée que celle de Saint-Augustin, évêque d’Hippone, l’antique Annaba de l’Algérie actuelle ? Averroès ne nous a-t-il pas initié au rationalisme et à la logique comme Descartes et avant lui Aristote ?
                                                                 
Le Front de gauche se prononce pour que la Turquie puisse rejoindre l’Union européenne une fois que les conditions, en particulier en termes de règles démocratiques, auront été réglées dans ce pays laïc, sans que cela serve à mettre encore plus les salariés en concurrence et à abaisser les droits sociaux et démocratiques.
                             
Dans la dangereuse stratégie des tenants de la soi-disant guerre des civilisations, les religions sont instrumentalisées. Cela est inacceptable et doit être combattu.
                                        
Le Front de gauche, à l’inverse, propose la coopération, la paix, l’entente entre tous les peuples.
                                    
Cela en opposition avec la politique actuelle de l’Europe, particulièrement en matière de politique étrangère et de défense. Le Traité de Lisbonne ne mentionne-t-il pas, dans son article 42 que : «  La politique de sécurité et de défense commune de l’Union respecte les obligations découlant du traité de l’Atlantique Nord pour les Etats membres qui considèrent que leur défense commune est réalisée dans le cadre de l’Organisation du Traité de l’Atlantique Nord, qui reste le fondement de la défense collective de ses membres et qu’elle est compatible avec la politique commune de sécurité et de défense arrêtée dans ce cadre. » Et l’article 43 va plus loin en précisant que la politique de défense européenne «  peut contribuer à la lutte contre le terrorisme » légitimant les aventures militaires en dehors des frontières européennes.
                                            
Oui décidément ce Traité de Lisbonne est dangereux. Il veut faire de l’Europe une alliée inconditionnelle des Etats-Unis et de leurs politiques. Tout particulièrement au Machreck et dans le cadre du conflit israélo-palestinien.
                                                 
Le Front unitaire de gauche, au contraire, est pour une politique harmonieuse d’indépendance, de coopération,  de développement de tous, dans le respect de l’environnement de la planète.
                                           
Nous proposons une politique de partenariat avec l’ensemble des pays et particulièrement les plus pauvres. La politique agricole de l’Europe ne doit pas permettre à ses productions d’inonder les marchés des pays du Sud de produits vendus à des prix de dumping, ruinant la petite paysannerie locale et jetant vers les bidonvilles des grandes villes tant de ruraux  survivant dans la misère, terreau de tous les extrémismes.
                                               
De même, nous devons acheter au juste prix les productions de ces pays en libérant le commerce mondial, particulièrement en ce qui concerne les produits alimentaires qui ne sont pas des produits comme les autres, des règles libérales de l’Organisation Mondiale du Commerce.
                                         
L’Union européenne a une responsabilité particulière dans le développement des pays méditerranéens et africains qui doit se concrétiser bien au-delà des grandes cérémonies médiatiques habituelles, par des partenariats économiques, culturelles, humains, mutuellement avantageux."

                      
Rencontre avec les associations musulmanes d’Ile de France
Patrick Le Hyaric
Directeur de l’Humanité
Tête de liste du Front de Gauche en Ile de France
Argenteuil, le lundi 1er juin 2009
>>> Retrouvez les photos et les vidéos de la rencontre en cliquant ici <<<
                                         
Le même discours est disponible sur le site Fédération du Parti Communiste Français - Seine-Saint-Denis

 
A lire également :
 

Ajouter un Commentaire


Nous contacter

UAM93 
Union des Associations Musulmanes
de la Seine-Saint-Denis 
Adresse : 23, rue Edgar Degas
93600 Aulnay-sous-Bois 
Tél. : 06 19 89 93 74
Tél. : 06 01 99 34 57
Fax : 09 55 36 29 66
Mail : contact@uam93.com

Article en Rapport


Liens commerciaux

Chroniques