Disparition de Mohamed Taiffour, fondateur de la première mosquée de Montreuil
Écrit par Administrator   
Dimanche, 10 Janvier 2010 22:51

L’Union des Associations Musulmanes de la Seine-Saint-Denis (UAM-93) annonce la mort de Mohamed Taiffour, président de l’association « les bâtisseurs musulmans de France », gestionnaire de la mosquée de croix de chavaux de Montreuil.

Mohamed Taiffour a succombé à une crise cardiaque le vendredi 8 janvier 2010 à l’âge de 85 ans.

Fils d’un ancien combattant algérien de la guerre 1914-1918, qui a continué à servir dans l’armée du Levant aux Dardanelles jusqu’en 1922, Mohamed est arrivé en France en 1946 où il a pu faire fortune dans le commerce : galerie d’art, société de pêche... En 1992, il s’est investi totalement dans la vie communautaire en ouvrant la première mosquée pour les musulmans à Montreuil. La municipalité de Montreuil a tout fait pour obtenir la fermeture de cette mosquée en multipliant les obstructions et en usant abusivement du droit de préemption. Ce qui a valu à la municipalité une condanation à lui verser 100.000 € de domages et intérêts. Dans ce long bras de fer, l'UAM-93 a été du côté de la mosquée et de la liberté du culte, elle a contribué a changé la majrité municipale aux dernières élections municipales.

Mohamed Taiffour a été un fidèle soutien à l’UAM-93, qui a bénéficé de ses conseils avisés et de sa sagesse.

L’UAM-93 prie Allah pour qu’il agrée ses actions et l’accueille dans sa miséricorde et présente ses condoléances à ses proches.

"Nous appartenons à Dieu et c'est à LUI que nous retournerons".

Bobigny, le samedi 9 janvier 2010
Le Président de l’UAM-93
H. FARSADOU


A titre d'information : courrier adréssé à la municipalité de Montreuil Par Mohamed Taiffour.
Un article en arabe dans le site islamonline


Seine-SAINT-DENIS - Montreuil : un recteur saisi la justice pour acheter sa mosquée
AFP : Jeudi 03 avril 2008 

Le responsable d'une mosquée à Montreuil (Seine-Saint-Denis) a demandé jeudi le concours du tribunal de Bobigny pour contraindre la propriétaire des bâtiments où sa salle de prière est installée depuis 1995 à les lui vendre.

Dans cette affaire, les transactions entre Mohammed Taïfour et Marie-Louise Duport, la propriétaire, ont été contrecarrées depuis 1996 par les velléités de préemption de la mairie, et de son ex-maire Jean-Pierre Brard (app-PCF), notoirement opposé au projet de M. Taïfour.

A chaque promesse de vente signée, en 1996 et 2000, la mairie a invoqué son droit de préemption, sans suivre d'effet. En 2004, elle y a finalement renoncé. Le contentieux a depuis fait l'objet d'une dizaine de recours devant la justice administrative, à l'initiative du vieux recteur, 83 ans, comme de la mairie, qui a été condamnée en 2006 à verser 100.000 euros d'indemnités au recteur. Les recours ne sont pas épuisés.

La 6ème chambre civile du tribunal de grande instance était, elle, saisie jeudi de la promesse de vente signée en 2000 et restée lettre morte. Elle rendra son jugement le 22 mai.

L'avocat du président de l'association des Bâtisseurs musulmans de France et du «centre cultuel et culturel musulman», situé 9 rue Edouard-Vaillant, a demandé au tribunal de «juger que la vente définitive doit être réalisée aux conditions de la promesse de vente» signée. Malgré la décision de préemption de la mairie qui a compliqué la transaction, la promesse «reste valide», estime-t-il, la partie adverse soutenant au contraire qu'elle est depuis longtemps caduque. La préemption était, selon l'avocate de la propriétaire, une «condition résolutoire» inscrite dans la promesse.

La transaction, fixée à 1,3 million de francs (197.000 euros), prévoyait la vente de la mosquée et de quelques salles attenantes (soit 550 m2) où sont dispensés des cours d'arabe et d'études coraniques. 

 

 

Commentaires  

 
+5 #28 bahia 2010-05-21 00:00 ya rahmou ,aujourdhui ses enemis sont venus dévaster sa mosquée ! ils ont pris tous ce qu'ils avait laissé ,ils n'auront jamais la paix!! Citer
 
 
+10 #27 TIFOUR REDHA 2010-01-12 16:26 allh yarhamek ya mohamed inchallah takoun mine ahle el djena inchallah

redha tifour
Citer
 
 
+10 #26 TIFOUR REDHA 2010-01-12 16:24 Suite au décé de mon cousin cheik mohamed , je pris le bon dieu de lui pardoner et etre au paradis, il ya une année que j'ai pris conact avec lui au téléphone aprés une longue disparition de sa part et a chaque foie il m'invite au france mais j'ai pas pu avoir le visas , sa mort ma vraiment touché au fond du coeur c'est un choc orible pour moi ca fait 10 jours quand c'est parlaient au téléphone , j'ai un grans regré de ne pas pu le voir ,sa solitude depuis la mort de sa femme , qu'est ce que je peut dire j'ai mal a dégérer la mort de mon cousin il me disé toujour mon petit cousin j'ai besoin de toi que ton amour de famille . au revoir mon cher cousin tu restera toujour dans mon coeur . redha tifour Citer
 
 
+9 #25 AL KHADRA ORGANISATI 2010-01-12 10:54 Chers freres,
Suite au décès du défunt Monsieur Taifour,
je vous prie de recevoir mes sincères condoléances,
de transmettre mes condolénces à la famille et aux amis et proche du défunt,
nous sommes à Dieu et à Dieu nous retournons,

Sincères salutations,
Dr Rhessal Ahmed, Président de Alkhadramaroc,
Casablanca, Maroc.
Citer
 
 
+10 #24 chougui latyfa4 2010-01-11 23:25 suite 21
"J'ai du respect pour M. Taïfour", assure Jean-Pierre Brard. "Mais je ne le laisserai jamais acheter !", promet l'élu, qui a fait jouer son droit de préemption contre le vieux cheikh, rendant la situation inextricable. "Je suis vieux et malade, je suis une proie facile", soupire l'Algérien. A ses yeux, le maire a agi ainsi par "racisme" et "mépris pour l'islam".
Mais le "Gandhi de Montreuil" n'a pas dit son dernier mot : il a assigné la propriétaire du centre de la rue Vaillant devant le tribunal de grande instance de Bobigny, le 3 avril, afin qu'elle lui vende l'ensemble des bâtiments, comme elle s'y était engagée en 1996. On ne se méfie jamais assez des danseurs de tango…

Catherine Simon

PARCOURS
1924
Naissance à El-Affroun, (Algérie).
1946
Embarque en clandestin sur un bateau pour la France.
1965
Ouvre un restaurant chic dans le Marais, à Paris.
1994
Crée une mosquée école à Montreuil-sous-Bois (Seine-Saint-Denis).
1996
Héberge un groupe de Maliens, après la destruction de leur foyer.
2008
Assigne sa propriétaire pour acheter les bâtiments de sa mosquée école.
Citer
 
 
+8 #23 chougui latyfa4 2010-01-11 23:24 suite 20
C'est après la mort d'Yvonne, qui le laisse dévasté, qu'il se lance dans son projet de centre islamique. Il veut acheter à Montreuil, où les prix sont encore abordables. Il s'installe - dans un premier temps, pense-t-il - comme locataire, rue Edouard-Vaillant. "Je voulais vieillir parmi les miens", explique-t-il.
Vendredi, jour de la grande prière, la foule des fidèles déborde dans la rue. La cour intérieure est noire de monde - interdisant aux locataires de se frayer le moindre passage. Car, contrairement aux souhaits de Mohammed Taïfour, prêt à acheter l'ensemble des bâtiments, une partie de ceux-ci ont été vendus puis loués à titre d'habitations privées, à la suite des pressions du maire.
Citer
 
 
+8 #22 chougui latyfa3 2010-01-11 23:23 suite 19
C'est dans un autre dancing à la mode, Le Tahiti, place Clichy, que le fugueur d'El-Affroun rencontre la femme de sa vie. Yvonne, âgée de 22 ans, est "grande, élégante, toujours nickel". Ensemble, ils ouvrent un restaurant-cabaret, La Caquetoire, dans le 4e arrondissement. C'est un endroit chic : vins fins, bonne chère et mobilier Louis XIII. Les clients appellent le patron "Monsieur Paul". Un prénom qu'il a reçu à L'Eldorado, un dancing des Grands Boulevards. Le jeune Algérien, champion de valse et de tango, venait de remporter un concours de danse. "Le type qui annonçait le nom des gagnants a trouvé que Mohammed Taïfour, ça ne sonnait pas bien. Alors il m'a baptisé "Monsieur Paul"", sourit le vieil homme.
Citer
 
 
+9 #21 chougui latyfa2 2010-01-11 23:22 suite 18
A Paris, il connaît la faim et les nuits à la belle étoile. Le quartier des Halles lui sauve la vie. Dans cet immense marché, "j'ai réussi à me faire un métier : j'achetais des fruits et je les revendais devant les bouches de métro".
Le voilà commerçant. Il se lie à ceux du faubourg Montmartre, ses cousins, les juifs arabes d'Algérie. Avec eux, dit-il, "je me sentais à l'aise". Avec la création d'Israël (194 et les guerres qui ont suivi, ces relations deviennent "plus compliquées", regrette-t-il. Cela ne l'empêche pas de se prendre d'amitié pour Line Monty, qu'il rencontre un soir "chez Dédé Dayan et Dédé Stora", un cabaret du 9e arrondissement, où l'immense chanteuse, elle aussi en exil, se produit souvent.
Citer
 
 
+8 #20 chougui latyfa2 2010-01-11 23:22 suite 18
PARCOURS
1924
Naissance à El-Affroun, rue de la Mosquée(Algérie ).
1946
Embarque en clandestin sur un bateau pour la France.
1965
Ouvre un restaurant chic dans le Marais, à Paris.
1994
Crée une mosquée école à Montreuil-sous-Bois (Seine-Saint-Denis).
1996
Héberge un groupe de Maliens, après la destruction de leur foyer.
2008
Assigne sa propriétaire pour acheter les bâtiments de sa mosquée école.
"Quand on regardait mes mains, on les trouvait trop fines, je n'arrivais pas à trouver un travail manuel. Et comme je n'avais pas de diplômes…", se souvient-il.
Citer
 
 
+9 #19 chougui latyfa2 2010-01-11 23:21 suite 17
"J'ai du respect pour M. Taïfour", assure Jean-Pierre Brard. "Mais je ne le laisserai jamais acheter !", promet l'élu, qui a fait jouer son droit de préemption contre le vieux cheikh, rendant la situation inextricable. "Je suis vieux et malade, je suis une proie facile", soupire l'Algérien. A ses yeux, le maire a agi ainsi par "racisme" et "mépris pour l'islam".
Mais le "Gandhi de Montreuil" n'a pas dit son dernier mot : il a assigné la propriétaire du centre de la rue Vaillant devant le tribunal de grande instance de Bobigny, le 3 avril, afin qu'elle lui vende l'ensemble des bâtiments, comme elle s'y était engagée en 1996. On ne se méfie jamais assez des danseurs de tango…

Catherine Simon
Citer
 

Ajouter un Commentaire


Nous contacter

UAM93 
Union des Associations Musulmanes
de la Seine-Saint-Denis 
Adresse : 23, rue Edgar Degas
93600 Aulnay-sous-Bois 
Tél. : 06 19 89 93 74
Tél. : 06 01 99 34 57
Fax : 09 55 36 29 66
Mail : contact@uam93.com

Article en Rapport


Liens commerciaux

Chroniques